bUg <BR>Oth3r
do you think Big Brothers are sexier ?)


Big [bUg <BR>0th3r] Band BlahBlahBlah

Nouvelles des Big Brothers & actualité de la vie privée
!)
+-= slashdot (en) & madchat (fr)

base target_blank & archives
11.8.00
LinuxFr - Scan de ports chez Wanadoo !
"Je possède une connexion ADSL, et j'ai eu la malheureuse surprise de découvrir que Wanadoo avait fait un scan de ports sur ma machine à partir de leur DNS !
J'ai alors envoyé un mail à l'assistance technique de Wanadoo, et ils m'ont répondu de façon très simple que cela était normal. En effet cela leur sert à "voir" l'état du réseau :)
J'ai donc envoyé un deuxième mail, pour leur signaler que cela était illégal, et qu'ils pourraient tomber sur des utilisateurs plus méchants que moi qui pourraient leurs poser des problèmes !
Ce mail reste à l'heure actuelle sans réponse ...
Cette pratique est-elle volontaire de la part de Wanadoo, ou Wanadoo ce serait-il fait pirater ?
?=pasvuepasprise 8/11/2000 11:53:38 AM

Le Monde du Renseignement - (anti)leurres et "équipements de servitudes"...
mots-clés : Matra, EADS, crash au Kosovo, équipement de servitudes et de maintien de l'ordre... quelqu'un peut décrypter ?

Après avoir cédé en mai 2000 ses programmes de drones à Aerospatiale-Matra Missiles (filiale à 100% d'EADS depuis le 8 juillet 2000), Matra BAe Dynamics (MBD) semble apparemment déterminé à ne plus modifier son périmètre d'activités. MBD développe et produit des missiles et systèmes de missiles, ainsi que des équipements de guerre électronique. Ces derniers ne s'accomodent pas forcément de la production missilière, sur un plan commercial, et dans le cadre général des restructurations européennes.
MBD avait racheté en 1996 la société Alkan, spécialisée dans la guerre électronique. Or, la coexistence commerciale de missiles qualifiés d'inleurrables -le Mistral par exemple dispose de 93% d'efficacité- et de leurres réputés très efficaces pour lutter contre ces missiles semble difficilement gérable très longtemps. Cette ambivalence a notamment permis de mieux appréhender les conditions particulières dans lesquelles les missiles pouvaient être leurrés, et d'améliorer les performances des systèmes de guerre électronique. De plus, elle faciliterait la veille technique sur les deux sujets et permettrait de mieux gérer les crashs programs, comme ceux occasionnés en 1999 par la crise du Kosovo.
Alkan emploie une centaine de salariés pour un chiffre d'affaires de 100 MF en 1999, avec un objectif de 130 MF en 2000. La société est spécialisée dans la guerre électronique, mais produit également des équipements de servitudes, ainsi que des équipements de maintien de l'ordre.
?=pasvuepasprise 8/11/2000 11:50:37 AM



Le Monde - Des barbelés dans le cyberespace ?
Yahoo! au pilori, et le spectre de l'édification de frontières sur Internet refait surface. Plusieurs solutions ont été évoquées au cours du procès. La plupart ne sont pas efficaces à 100 %, hormis le recours au certificat d'authentification des internautes. Cette carte d'identité électronique se développe depuis plusieurs années dans le cadre de la sécurisation du courrier et du commerce électroniques. Une telle perspective pose plusieurs questions. Elle remet d'abord en cause la nature initiale d'Internet qui, depuis son origine, tire une bonne part de son développement du caractère « ouvert » et international de l'espace de communication qu'il a créé. Un cyberespace hérissé de barbelés virtuels découragera sans doute bon nombre d'adeptes du surf sur Internet. Présenter son passeport lors du passage d'une douane réelle n'est jamais agréable. Devoir le faire à l'entrée de chaque site de la Toile risque fort de devenir insupportable. Pour alléger les contrôles, les sites seront conduits à créer des identifications automatiques, stimulant ainsi les pratiques de fichage des internautes, dont les excès sont déjà dénoncés dans le commerce électronique. L'édification de telles frontières aura également des effets négatifs sur la circulation des idées. Les Etats les moins démocratiques applaudiront à une technique leur permettant d'enfermer leurs internautes à l'intérieur de la sphère de leur seule influence. Il leur sera facile de contraindre les fournisseurs d'accès installés sur leur sol à interdire toutes connexions de leurs ressortissants aux sites propageant des idées « subversives », de leur point de vue.
?=pasvuepasprise 8/11/2000 10:52:46 AM

10.8.00
Multimédium -Echelon, c'est aussi à la maison…
Vous pensez que votre femme vous trompe et qu'elle joue à la cyberdrague… Pour vérifier, rien de plus simple: les logiciels «espions», d'abord destinés à surveiller la navigation des enfants, sont là pour vous. «WinWhatWhere Investigator rapporte silencieusement toutes les activités d'un ordinateur», «KeyKey est à votre ordinateur ce qu'une boîte noire est à un avion!», «Keystroke Monitor enregistre chaque touche enfoncée», «Enregistrez secrètement tout ce que font votre femme, vos enfants ou vos employés en ligne avec Spector ou eBlaster!»… Il en existe des dizaines, des logiciels comme ceux-là, qui, pour quelques dizaines de dollars, vous permettent d'enregistrer toutes les activités informatiques de vos proches.
Lewis Z. Koch, auteur d'un livre sur les thérapies de couple, explique dans ZDNet que même les enfants ne devraient pas être surveillés de la sorte. Espionner un enfant sans qu'il le sache n'instaure pas le climat de confiance nécessaire. «Un enfant continuera à surfer sur les sites interdits. Faire confiance aux enfants, c'est avoir le courage de leur dire qu'on a peur pour eux». Voir aussi l'article du Washington Post.
?=pasvuepasprise 8/10/2000 11:49:08 AM

Transfert-Chine : Net-propagande et répression musclée
Propagande. C'est, en résumé, l'idée que se fait le gouvernement de Pékin du débat d'idées sur Internet. Car pas question de laisser les opposants, intérieurs ou extérieurs, se servir du Net pour véhiculer des opinions jugées "réactionnaires". La police chinoise a ainsi fermé jeudi 3 août le seul site basé en Chine ouvertement pro-démocratique. Motif : il avait "diffusé des informations contre-révolutionnaires". Le responsable du site, lui, tente aujourd’hui d’échapper à une chasse à l’homme menée dans l’est du pays. Deux autres Web-dissidents, Huang Qi et Qi Yanchen, croupissent depuis juin dans les prisons chinoises pour "subversion".
Ce renforcement de la répression sur le Net s'est traduit par l'annonce le 5 août de la création de cyber-polices dans 20 villes et provinces chinoises. Objectif : "administrer et maintenir l’ordre sur les réseaux informatiques". Les fraudes, les détournements de fonds et la pornographie sur le Web sont une aubaine pour les autorités qui saisissent le prétexte pour garder un œil sur la Toile. Plus que jamais, le régime communiste prétend surveiller les velléités des internautes. Il semble être en mesure de le faire, au moins partiellement. Parmi les moyens utilisés, les régulations dissuasives, autrement dit l’autocensure, le filtrage des portails, des mails et des chats, ou encore le blocage de l’accès aux sites des médias étrangers. Pas très compliqué quand on sait que seuls trois fournisseurs d’accès, contrôlés par le gouvernement, relient les 17 millions d’internautes chinois à la Toile.
?=pasvuepasprise 8/10/2000 11:26:02 AM

ZDNet - Microsoft chasse les pirates
Microsoft entre à nouveau en guerre contre le piratage. Première cible : les sites web de particuliers ou d'enchères proposant des logiciels piratés ou contrefaits. Selon ses recherches, il en existerait environ 7 500. Le hic : la localisation des serveurs, hébergés dans 33 pays, sur les 5 continents.Hotline spéciale, adresse e-mail recueillant les témoignages des utilisateurs, Microsoft a recours aux bonnes vieilles méthodes. Mais cette fois, son arsenal va plus loin : l'éditeur a décidé d'utiliser à son avantage les technologies mêmes du piratage. Il a ainsi mis en place des outils de recherche automatique localisant des logiciels manifestement piratés ou vendus à un prix suspect, que ce soit sur des serveurs de téléchargement FTP ou sur des sites de chat IRC. Un moteur de recherche spécial est déjà en place, qui recherche 24 heures sur 24 des sites web offrant, gratuitement ou non, des logiciels piratés. Microsoft compte sur cet outil pour recueillir des milliers d'adresses par jour.
?=pasvuepasprise 8/10/2000 11:05:42 AM

Le Pentagone supplie les hackers d'arrêter...
Le directeur de la sécurité du Pentagone a supplié le 8 août les hackers de tout poil et de toute nationalité d'arrêter de s'en prendre à ses systèmes informatiques. Cité par Reuters, Richard Schaeffer voudrait « ôter les hackers de l'équation » afin de pouvoir se concentrer sur les attaques en provenance d'adversaires “sérieux”. L'année dernière, 22 144 incidents auraient été détectés sur les systèmes du Pentagone, à comparer aux 5 844 de l'année 1998.
?=pasvuepasprise 8/10/2000 11:00:28 AM

Transfert - La CIA recrute sur le Web !
Pas facile pour la Central Intelligence Agency de trouver du petit personnel. Elle a tout essayé pour dénicher des espions dignes de ce nom, comme l’avoue son porte-parole au magazine en ligne Federal Computer Week. Les postes proposés sont plutôt sérieux : "collection manager officier", "counterterrorism specialists"… et requièrent des aptitudes pour le moins rares : "Nous réclamons un esprit aventureux, une personnalité en acier, des facultés intellectuelles supérieures, de l’esprit à revendre, et une bonne dose d’intégrité, du courage et d’amour pour son pays."
?=pasvuepasprise 8/10/2000 10:56:27 AM

9.8.00
Le groupe chargé du standard OpenPGP cherche à protéger PGP contre la loi anglaise RIP
Alors que la loi RIP, qui vient d'être votée en Angleterre, prévoit des cas de remise obligatoire des clefs de déchiffrement, le groupe chargé de l'élaboration du standard OpenPGP réfléchit à des fonctionnalités nouvelles qui, en toute légalité, protégeraient PGP contre certains cas de recouvrement de clefs.
Il s'agirait notamment de réduire la durée de validité des clefs, ou encore de multiplier le nombre de clefs privées ; ainsi, dans le cas où l'une d'elle viendrait à être compromise, elle ne révélerait qu'une partie des messages (ceux chiffrés pour cette clef).
?=pasvuepasprise 8/9/2000 2:06:03 PM

Interceptions vs vie privée
L'organisation hollandaise Buro Jansen & Janssen et Eurowatch viennent de publier un gros dossier en ligne sur la surveillance électronique, notamment en Europe et aux Pays Bas : "
Making up the rules: Interception versus privacy" parle bien évidemment d'Echelon, du renforcement des lois autorisant les écoutes et interceptions électroniques, de la cryptographie, d'Enfopol, du projet de traité du Conseil de l'Europe... "la vie privée sur l'internet est le prix que sont prêts à payer les forces de l'ordre pour permettre une surveillance globale du réseau", le tout sur fond de diabolisation de l'internet, repère de cyberterroristes, cybercriminels, guerres de l'information, etc. On apprend également que la Hollande est vraiment le pays de l'espionnage, et vient tout juste de créer le plus gros centre européen d'écoutes et d'interceptions.
?=pasvuepasprise 8/9/2000 11:30:26 AM

Alternet - Le FBI ouvre un bureau à Prague
Louis Freeh, directeur de l'agence fédérale américaine, a mis au point avec le ministre de l'intérieur tchèque les détails de la création d'un bureau du FBI à Prague, censé couvrir ce qui se passe en Europe de l'Est, bien que le rapport souligne qu'il s'agit surtout de pouvoir surveiller la bonne tenue du sommet mondial du FMI et de la Banque Mondiale qui doit s'y tenir en septembre. Les activistes sont en effet à pied d'oeuvre pour y organiser un contre-sommet, accompagné de manifestations de rue, etc., dans la "tradition" de ce qu'ils font depuis le Millenium Round de Seattle.
On notera également que le récent sommet du parti républicain à Philadelphie a permis de se rendre compte à quel point l'armée américaine est prête à tout contre les "médiactivistes", qui, selon plusieurs rapports, ont même été victimes d'actes qualifiés de "tortures" lors de leurs gardes à vue, certains manifestants ayant même dûs débourser plusieurs dizaines de milliers de dollars afin d'être libérés, d'autres étant arrêtés pour la simple utilisation de leur téléphone portable, considéré comme une "arme"...
?=pasvuepasprise 8/9/2000 11:16:37 AM

7.8.00
Libération - La liberté s'arrête aux portails de la Chine
Le filtrage des portails chinois s'appuie sur un attirail de régulations dissuasives encourageant fortement l'autocensure. En début d'année, le Bureau des secrets d'Etat, traditionnellement plus discret, est sorti de l'ombre pour mettre en garde contre la diffusion de secrets d'Etat sur Internet, e-mails et chats inclus. La menace brandie par un organisme aussi secret que redouté n'a fait que renforcer les craintes des responsables des 48 000 noms de domaine enregistrés en Chine. L'utilisation d'informations publiées par la presse étrangère est désormais expressément interdite. Les portails étant considérés comme légalement responsables du contenu des sites qu'ils référencent, rares sont maintenant ceux qui se risquent à braver les interdits. Tous ont mis sur pied une équipe éditoriale chargée d'autocensurer les sites auxquels ils renvoient. Théoriquement, les internautes n'ont pas un accès direct à la Toile mondiale. L'Yingtewang est relié au monde par trois principaux fournisseurs d'accès - Chinanet, sous l'égide de Beijing Telecom, Jitong et Unicom - tous étroitement contrôlés par le gouvernement, qui n'a jamais officiellement reconnu la censure. «Les autorités ont une liste de sites interdits. Chaque site étant identifiable par son numéro IP (Internet protocol), il suffit d'entrer cette information dans les ordinateurs qui bloquent les demandes de connexions émanant d'internautes basés en Chine, la sécurité publique a une équipe en permanence dans les bureaux de Chinanet, où ils sont tout-puissants».
Mais ne censure pas le Net qui veut cependant. L'utilisation d'un cache appelé «proxy» permet de déjouer la vigilance des ordinateurs de la censure...
?=pasvuepasprise 8/7/2000 11:52:13 AM

Libération - Y a que moi qui m'intéresse
"Je figure sur la Toile, donc je suis»: ce pourrait être le Cogito des internautes qui soumettent régulièrement leur nom à des moteurs de recherche, amusés ou inquiets de trouver des pages faisant mention d'eux sur le Web. La pratique porte un nom, officialisé dès 1998 par l'Oxford Dictionary: l'«ego-surfing». Les ego-surfeurs se retrouvent généralement incrédules face à la quantité de données les concernant disponibles sur l'Internet: «Ils découvrent très souvent des informations sur eux-mêmes qu'ils ne soupçonnaient pas, dans des recoins du Web qu'ils n'avaient jamais visités auparavant», souligne Gary Stock, un programmeur créateur d'Egosurf, un service qui, depuis deux ans, facilite les recherches de ceux qui se soucient de leur empreinte numérique dans le cyberespace. «Je reçois chaque jour des messages paniqués d'ego-surfeurs qui trouvent des références à des textes qu'ils regrettent avoir écrits naguère dans des forums, dit Gary Stock. Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que tout finit par être indexé: le propriétaire d'une liste de diffusion uniquement disponible par e-mail sur abonnement peut soudain poster ses archives sur le réseau.»
?=pasvuepasprise 8/7/2000 11:42:11 AM

Reuters - "La Chine crée des cyber-polices pour surveiller internet
Une vingtaine de provinces et villes chinoises sont en train de mettre sur pied des unités de police internet pour "administrer et maintenir l'ordre" sur les réseaux informatiques, rapporte l'agence officielle Chine nouvelle. La première force de police internet chinoise, instaurée dans la province orientale de Anhui, a déjà traité des "cas criminels, tels que fraudes, détournements de fonds et pornographie," a-t-elle ajouté. La cyber-police d'Anhui a également publié des informations sur les virus informatiques et a contribué à mettre au point des filtres internet pour les enfants. Elle aide les banques locales à identifier et combler les lacunes dans leurs réseaux et forme des "gardes de sécurité électronique" volontaires, précise l'article.
La dépêche de Chine nouvelle ne mentionne pas la surveillance politique du contenu sur internet, sans doute l'une des plus grandes sources d'inquiétude des autorités communistes au moment ou la Chine entre en force dans l'âge numérique. La Chine a pour habitude de bloquer l'accès aux sites web de médias occidentaux, de groupes de défense des droits de l'Homme, d'exilés tibétains et d'autres sources d'information qu'elle juge sensibles ou nuisibles."
Par ailleurs, le Washington Times révélait la semaine dernière que des hackers, opérant, selon la NSA, depuis un institut de recherche de Pékin, avaient réussi à pénétrer, en 1998, les ordinateurs du laboratoire de Los Alamos pour y dérober toute une série de documents relatifs au nucléaire. L'information était restée jusqu'ici classifiée.
?=pasvuepasprise 8/7/2000 11:27:10 AM

6.8.00
PeaceFire - Le filtrage expliqué aux parents
PeaceFire, qui n'arrête pas de tonner que les enfantws sont généralement bien plus internet-avisés que leurs parents, tout en expliquant comment déjouer les logiciels de filtrage, s'est aussi fait spécialité d'en montrer les limites, et bugs. Témoignant devant la COPA (commmission parlementaire US censée étudier lapertinence du filtrage), PeaceFire a démontré que SurfWtach, l'un des leaders du marché, n'était toujours pas fiable, et ce malgré les nombreuses mises à jour et améliorations déjà effectuées. Ainsi, sur un panel de 1000 .com, seuls 9 des 51 sites bloqués comme sexuellement explicites étaient pornographiques...
Pas mieux avec FamilyClick et Cyber Sentinel, tous deux présentés par leurs créateurs comme particulièrement fiables. Le premier bloquait entre autres un rapport sur le Sida en Chine, le second la recherche de "COPA" sur Wired ou encore USAToday, ainsi que... deux bios de membres de la COPA.


Nouvelles tirées de la dernière newsletter de la Global Internet Liberty Campaign...:

ICANN't believe IT - suite
L'ICANN, l'organisme chargé de la régulation des noms de domaine générique et de l'architecture globale du Web, tenait récemment salon à Yokohama et rencontre de plus en plus de résistances. Ainsi, il faudrait débourser la modique somme de 50 000 $ pour avoir le droit de gérer les nouveaux noms de domaine. Autrement dit, seuls de gros opérateurs commerciaux pourront administrer l'un des enjeux majeurs de l'internet, les indépendants, associatifs et autres organisations civiles ne pouvant guère s'offrir un tel droit d'entrée. De plus, les dernières décisions vont toutes dans le sens de l'appropriation du Web par le business, en témoigne le rendu aux sociétés privées de noms de domaine tels que microsoft.org, par ex., qui auraient pu permettre à la société civile de faire état de ses critiques à l'encontre des corporate. L'ICANN a aussi décidé de passer de 9 à 5 le nombre de ses administrateurs qui vont être élus par les internautes, tout en étant ridiculisée : son site web est en effet tombé en panne dans les tous derniers moments de la procédure d'inscription préalable à ladite élection... Plusieurs organisations civiles, membres de la Global Internet Liberty Campaign, se sont ainsi associées, pour faire état de leurs critiques, et propositions, au sein de l'Internet Democracy Project.

AP - La Malaisie criminalise la liberté d'expression
Le Communications and Multimedia Act, que vient de faire passer le gouvernement malaisien, punit d'un an de prison et de 13 000 US$ le fait de critiquer le régime politique.

Censure d'un site d'infos fidjien
L'uiniversité du Sud Pacifique, aux îles Fidji, a fermé le site du Pacific Journalism Online qu'il hébergeait pour des "raisons de sécurité". Ce site, tenu par des étudiants, couvrait l'actualité politique particulièrement chargée de l'île et représentait donc une menace pour l'université. De fait, plusieurs miroirs ont très vite été créés, forçant l'université à revenir sur sa décision, à condition que le site ne parle plus de l'actualité politique... obligeant les Fidjiens à aller sur des sites hébergés à l'étranger pour savoir ce qui se passe de par chez eux.

Bertelsmann veut réguler l'internet
La stratégie est simple et implacable (voir Régulation.net sur emedia) : prenez un empire multinational de la communication, quelques universitaires et experts embauchés pour faire état de leurs études et réflexions, des représentants de lobbies industriels ou civils, des associations religieuses ou de protection de l'enfance, mélangez le tout et vous obtenez quelque chose qui, comme d'habitude, rend la liberté d'expression présumée coupable en vue de faire place net-te au business : le colloque international organisé par Bertelsmann s'intitule ainsi sobrement "Profil du développement d'un système volontaire et classification et de filtre", et pourquoi pas "Profil du développement d'un système totalitaire d'auto-dénonciation et de flicage" tant qu'on y est, non mais !

L'EPIC raille la NAI
L'Electronic Privacy Inform ation Center et Junkbuster (l'un des principaux pourfendeurs de la pub et de la traçabilité en ligne) viennent de publier "Network Advertising Initiative: Principles not Privacy", rapport qui conteste la viabilité de ces principes qui "perpétuent la traçabilité furtive et vont à l'encontre des standards voulus par les internautes en demandant aux consommateurs de protéger eux-même leur vie privée par des mécanismes d'"opt-out" qui les obligent à aller sur les sites-espions pour demander à ne plus être fichés". Ce plan, designé par un consortium de publicitaires, a pourtant été salué par la Federal Trade Commission comme jouant un "rôle précieux et constructif dans le développement de principes servant de bases à la protection de la vie privée", un peu comme si les services de renseignement décidait de protéger la liberté d'expression en demandant aux internautes qui voudraient ne plus être surveillés d'aller se faire enregistrer chez eux, le tout salué par la CNIL... Pourquoi pas après tout, la France a bien décidé qu'il fallait désormais s'identifier pour pouvoir rester anonyme !

TelePolis - La Hollande, l'autre pays de l'espionnage
Le BVD (l'agence de renseignement hollandaise) surveille les emails : ils ont en effet sommé une société privée de stopper net leur négocation, portant sur une technologie de purification de l'eau, avec le gouvernement iranien. Cette affaire semble confirmer les rumeurs insistantes faisant état de surveillances des communications électroniques privées effectuées par le BVD au moyen de recherches aléatoires par mots-clés. Ce qui est tout à fait illégal : le Parlement en discute certes, mais n'a toujours pas tranché la question.
On vient aussi d'apprendre qu'un accord établi secrètement en 1998 entre les Fournisseurs d'Accès à Internet et les services secrets hollandais permettait à ces derniers d'accéder aux données de connexion de toute personne soupçonnée de crimes passibles de 4 ans de prison. La révélation de cette clause secrète, faite par un journaliste, a entraîné les FAI à revenir brusquement sur leur position, stoppant net cette collaboration quelque peu douteuse, en tout cas anti-démocratique, une telle décision méritant pour le moins un débat public...
Pendant ce temps-là, Elizabeth Guigou, et Catherine Tasca, et Jean-Pierre Chevènement, et caetera, n'arrêtent pas de tonner à tout vent que "l'internet ne doit pas être un espace de non-droit". A qui profite le crime, donc ?
?=BigBand 8/6/2000 4:40:08 PM




Internet & vie privée
Le business de l'information
Introduction & banques (brutes) de liens concernant les outils de protection de la vie privée, l'hacktivisme, etc.

Traduction de security.tao.ca :
Ordinateur & Sécurité Internet

Comment protéger son ordinateur, ses emails...: crypto, PGP, remailers, mots de passe, stéganographie, etc.

NewsLetter hebdo (+ d'infos @Topica)

Vos données personnelles & Contact

Recherche

Mot exact résultats par page
Internet & Privacy
The business of information
Introduction & rough banks of links on How To protect one's privacy, hacktivism, etc.

See also the security.tao.ca site on
Computer & Internet Security


Ils veulent tous nous ficher...


Refusez d'être présumés coupables:
Signez @ IRIS + Vos Papiers!



Big Brotherisé?) Bug Brotherisable!)
REGULATION : processus par lequel les gouvernements veulent contrôler la liberté d'expression (cf article11.net)
SECURITE : façon de faire passer les hackers pour des voleurs, et que vive l'e-commerce ! (cf kitetoa.com)

SURVEILLANCE : réponse des forces de l'ordre à l'adage de l'internet : information=pouvoir (cf lambda.eu.org)

Politiciens, marchands et forces de l'ordre veulent réguler, sécuriser et surveiller l'internet alors même que ceux qui ont bâti, et bâtissent encore, l'internet, s'inquiètent de ces dérives totalitaires à la Big Brother (voir altern.org).

L'internaute
, au mépris des droits de l'homme et du citoyen, est de plus en plus considéré comme un cybercriminel potentiel... mais qui va l'aider à protéger sa vie privée, sécuriser son ordinateur, et ses communications via l'internet?

Bienvenue au pays des Bug Brothers!)


Big Brotherised?) Bug Brotherisable!)
REGULATION : system designed by governments to control the freedom of speech (cf politechbot)
SECURITY : hackers' concern, but e-commerce threat, and propaganda (cf HNN)
MONITORING : polices & secret services' response to the internet definition : "information =power" (cf cryptome)

Politicians, merchants & policemen want to regulate, monitor & secure the internet even though those who built and manage the network worry about those totalitarian
(Big Brother style) powers (cf GILC)

Netizens are more and more considered as potential cybercriminals, despite some basic & fundamental human rights... but who's helping those netizens in managing their privacy and improve their knowledge in IT & communications security?
Welcome to Bug Brothers' world!)


Headlines of the April 2000 GILC's newsletter :

Free Expression
[1] UK lawsuits endanger Net free speech
[2] Cyberpatrol war threatens mirror sites
[3] Hollywood wants end to links
[4] French proposal: end web anonymity
[5] Japanese software ruling hurts free speech
[6] Possible Russian Internet restrictions
[7] Study: kids & parents upbeat about Net
[8] Bertelsmann censorship proposal attacked
[9] China bans MP3s, monitors dissidents on-line
[10] Saudi women's Net café shutdown
[11] New web forum for Chinese women
[12] New Report on Net Access in Central & Eastern Europe


Privacy and Encryption
[13] US gov't wants mini-ECHELON tracking systems
[14] Report: Microsoft and IBM helped US snoops
[15] Virgin net appliance has privacy flaws
[16] EU-US privacy pact stalls
[17] Ireland relaxes crypto rules
[18] Turkish gov't wants new Net taps
[19] New Dutch surveillance scheme
[20] Zimbabwe net tracking bill criticized
[21] Yahoo investigated over privacy abuses
[22] Canadian privacy conference held
[23] Internet privacy bunker built
[24] Russian Internet freedom conference held

The GILC News Alert is the newsletter of the
Global Internet Liberty Campaign, an international coalition of organizations working to protect and enhance online civil liberties and human rights.



Powered by Blogger