bUg <BR>Oth3r
do U think Big Brothers are sexier ?)


BlahBlahBlah = revue de web & copiés/collés :]
News from Big Brothers. Trucs de vie privée !)

base target_blank : & archives

21.10.00

[uZine 2] Echelon, un outil idéal pour promouvoir votre site
À quoi sert Echelon ? Si l'on en croit notre expérience, à pas grand-chose… Nos sites de bande dessinée indépendants ont eu l'honneur et l'avantage d'être visités par l'armée américaine ! En dépouillant nos fichiers log, fichiers qui recensent tous les serveurs qui se sont connectés à un site donné, nous avons eu en effet la surprise de tomber sur les extensions .mil (armée américaine) et .gov (services gouvernementaux américains). Dans un texte narrant la jeunesse imaginaire de notre personnage de BD, nous avons attribué à ce dernier une mère physicienne suisse, et un père militaire américain (par parallélisme avec la généalogie d'Internet, né d'un projet militaire américain et des travaux du CERN à Genève). D'ici à ce qu'Echelon ou tout autre moteur de recherche dûment programmé ait buté sur les mots militaire, américain et Vietnam, et le tour est joué…

.ref#1139601
________________________________________

20.10.00

ZDNet - Une empreinte digitale pour pister les CD pirates
"Inspirée par des méthodes de la police criminelle, une société américaine se vante d'avoir trouvé un moyen infaillible d'identifier les disques illégalement copiés, a rapporté Wired News.
Pour identifier des copies illégales de CD, DVD ou CD-Rom, l'industrie se contente pour l'instant du code SID, une empreinte unique que chaque usine ajoute aux disques qu'elle produit. Mais cette marque de fabrique, à l'instar de la plaque d'immatriculation d'une voiture, peut facilement être retirée du moule original par un pirate consciencieux. Résultat : on sait que le disque est une copie illégale, mais on ne possède aucun moyen de remonter à la source. Selon Intelligent Automation, chaque série de disque est unique, car de la même façon que la surface d'un projectile présente un ensemble d'éraflures occasionnées par son passage dans le barillet d'une arme à feu, tous les disques gravés possèdent une série d'imperfections involontairement apposées par la machine qui a servi à les produire."
Richard Stallman, dans "Le droit de lire", paru en français dans Libres enfants du savoir numérique, raconte :
"Lissa Lenz lui demanda de lui prêter son ordinateur. Le sien était en panne et, à moins qu'elle puisse en emprunter un autre, elle échouerait à son projet de mi-session. Ceci posa un dilemme à Dan. À part le fait que vous pouviez aller en prison pour plusieurs années pour avoir laissé quelqu'un lire vos livres, l'idée même le choqua au départ. Comme à tout le monde, on lui avait enseigné dès l'école primaire que partager des livres était mauvais et immoral - une chose que seuls les pirates font."
etc.

.ref#1134202
________________________________________

Perl-gratuit- Recevez un email espion pour chacun de vos visiteurs.
PG-AgentSecret, script CGI Perl, "avertisseur de visite par E-Mail", vous envoie un E-Mail dès qu'une page HTML de votre site est visitée, en vous donnant des informations sur le visiteur... et notamment de quelle URL il vient. "Utile pour les zones sensibles, protégées, de votre site". Ex:
Bonjour webmaster !
Un visiteur est venu sur votre page dont l'adresse est :
http://www.perl-gratuit.com/perl/pg-agentsecret/index.html
le Jeudi 4 Mai 2000 : 2h 08 mn 43 s
Ce visiteur est arrivé sur cette page depuis cette URL :
http://www.vjoncheray.com
Son adresse IP était : 123.45.67.89
Son adresse était : wn16-160.paris.worldnet.fr
Navigateur utilisé : Mozilla/4.05 [fr] (Linux; I)
(Netscape)
Bonne journée !
Signé : Votre agent secret.
"Il suffit pour cela de placer un appel à ce script de la même façon que pour une image blanche ou noire d'1 pixel, dans la page, en toute discrétion."
Ce qu'on appelle, en e-publicité, un "WebBug", opportunément dénoncé par les défenseurs des libertés sur le www comme étant une atteinte à la vie privée. Et comme a priori le site "perl-gratuit" s'adresse aux sites persos, aux petits sites d'e-commerce, ce n'en est que plus flippant !
"Limitations: ce script ne vous permet pas de connaître les adresses E-Mail de vos visiteurs (aucun script CGI ne le pourra jamais)." Ouf, on est sauvé !

.ref#1134076
________________________________________

ZDNet- Traité cybercrime : les ONG font de la résistance
Un collectif regroupant 28 organisations non gouvernementales (ONG) réclame une révision plus profonde du projet de traité international sur la cybercriminalité que les grandes nations préparent sous l'égide du Conseil de l'Europe. Regroupés sous la bannière Gilc (Global Internet Liberty Campaign), les ONG estiment qu'en l'état, ce « projet de Convention » présente de « sérieux dangers » pour les libertés publiques et individuelles. Les nouveaux articles démontrent la volonté des États de donner de nouveaux pouvoirs aux forces de l'ordre, notamment en terme d'accès légal aux correspondances privées, de collecte et d'enregistrement en temps réel des données échangées par internet, d'obligation pour un professionnel ou même un individu de livrer à la police tous les moyens permettant de déchiffrer un document crypté, etc. Extraits de leur lettre ouverte :
« Nous estimons que le projet de traité proposé est contraire aux normes bien établies de protection de l'individu, qu'il étend abusivement les pouvoirs de police des gouvernements nationaux, qu'il sapera le développement des techniques de sécurité du réseau, et qu'il réduira la responsabilité des gouvernements dans la conduite future de l'application des lois.
Les organisations de police et de puissants intérêts privés agissant en dehors des règles démocratiques de contrôle ont cherché à utiliser un processus secret pour établir des règles qui auront pour effet de lier la législation. Nous croyons que cette démarche viole les exigences de transparence et ne convient pas à une prise de décision démocratique.
Ces dispositions introduisent un risque significatif pour la vie privée et les droits de l'homme des utilisateurs d'Internet et sont en contradiction avec les principes bien établis de protection des données personnelles tels qu'exprimés dans la Directive sur la protection des données personnelles de l'Union européenne. Des informations similaires ont été utilisées dans le passé pour identifier des dissidents ou persécuter des minorités. Nous vous exhortons à ne pas établir cette exigence dans un réseau moderne de communication.
Les experts en protection de la vie privée ont montré leur opposition à ce projet. Un expert a averti que les efforts pour développer une convention internationale sur la cybercriminalité conduirait à « des restrictions fondamentales sur la vie privée, l'anonymat et le chiffrement ». Les représentants officiels des agences de protection des données personnelles ont montré leur opposition à ce projet.
Les experts techniques ont montré leur opposition à ce projet. Une lettre de spécialistes de la sécurité, praticiens, enseignants et vendeurs, déclare que « le traité proposé peut involontairement se traduire par la criminalisation de techniques et de logiciels couramment utilisés pour rendre les systèmes informatiques résistants aux attaques » et que le traité proposé « pourrait au contraire avoir des conséquences sur les praticiens, chercheurs et enseignants spécialistes de la sécurité ».
Enfin, la Déclaration universelle des droits de l'homme impose explicitement aux États de protéger le caractère privé des communications et de préserver la liberté d'expression dans les nouveaux médias. »

.ref#1130275
________________________________________

19.10.00

France.Internet- LookThatUp met les images sous surveillance
Les outils de LookThatUp savent apprécier en temps réel et automatiquement les caractéristiques visuelles d'une image indépendamment de sa source, de son support et de son format : web, photo, scan, vidéo, TV, etc. Ils sont issus des recherches menées par l'équipe de LookThatUp dès les années 90 à l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique). Aujourd'hui mûre pour Internet, la technologie de la start up trouve au moins trois champs d'applications : simplifier l'achat en offrant des fonctionnalités de recherche instantanée par image et non de mots clés, filtrer et rejeter les images illicites et pornographiques, ou encore, retrouver une image au sein de photothèques complexes… L'autre service en ASP de LookThatUp est une application de contrôle appelée Image-Filter dédiées aux sites de communautés et aux grands portails. Image-Filter permet de contrôler la diffusion du contenu sur les pages personnelles et de filtrer les contenus illicites. Cette application vérifie automatiquement toute image déposée sur les sites et autorise ou rejète son téléchargement en fonction de ses caractéristiques : couleur, forme, texture, configuration spatiale, etc. Une technologie qui lui permet de lever 32 millions de francs pour son premier tour de table.
BB's touch : le mieux est encore de se faire une idée avec la BD "Ascenseur pour le boulot", ou comment le commerce électronique par le Wap permet de s'acheter la même cravate que tout le monde... grâce à LookThatUp bien évidemment !

.ref#1122609
________________________________________

Libération - Un Big Brother spatial européen
Construire un réseau de satellites européen pour la surveillance de l'environnement et la sécurité. C'est l'ambition qu'est en train de se donner l'Union européenne sous l'impulsion vigoureuse de la France. Les promoteurs de l'initiative GMES (Global Monitoring for Environment and Security), née il y a deux ans, s'appuient sur une idée simple : l'Europe sous-utilise l'espace comme moyen d'observation de la Terre. Tant pour se protéger des risques naturels (inondations, séismes, feux...) que pour la sécurité (militaire et civile), l'étude du climat ou l'application des futurs traités internationaux sur le changement climatique. Pourtant, l'Agence spatiale européenne et les agences nationales ont développé des instruments performants - observation optique comme la filière des satellites Spot ou radar avec ERS. D'où l'idée d'une initiative majeure pour mobiliser les utilisateurs d'informations acquises depuis l'espace (1). Objectif : se hisser au niveau du concurrent américain et lancer de nouveaux programmes spatiaux d'observation. Le GMES semble bien parti dans toutes ses dimensions civiles. Si les crédits publics suivent. Reste un débat sur sa dimension militaire. Ou plutôt sur l'utilisation duale, civile et militaire, d'engins spatiaux communs. Certains pays européens renâclent devant cette perspective, alors que la France plaide pour cette approche.

.ref#1121509
________________________________________

Multimédium -Echelon au banc des accusés
Ilka Schraver, qui représente le Parti Vert au Parlement européen, a déposé une plainte lundi dernier, accusant «des parties inconnues, provenant surtout des États-Unis et de la Grande-Bretagne mais aussi possiblement du gouvernement fédéral allemand, d'opérer et de tolérer le réseau Echelon.» La grande crainte à propos d'Echelon est que l'on soupçonne les pays impliqués de s'échanger des informations de façon à ce qu'un gouvernement puisse connaître le contenu de communications domestiques. Les lois des pays cités plus haut empêchent les gouvernements d'espionner leurs propres citoyens. Cependant, au sein d'Echelon, les gouvernements remettraient à leurs alliés les renseignements glanés chez eux, permettant ainsi à chacun de contourner ses lois.

.ref#1121393
________________________________________

18.10.00

ZDNet - La protection des enfants en ligne revient devant le Congrès américain
Malgré l'échec d'un précédent projet de loi, le sénateur républicain de l'Arizona, John McCain, tente à nouveau d'imposer aux écoles et aux bibliothèques publiques des systèmes de filtrages des sites web. Subtilement, le texte de McCain ne prévoit que d'inciter fortement les écoles et bibliothèques publiques à installer ces filtres logiciels, appelés aussi « censorware » (de censor et software). Faute de quoi, ces établissements pourraient tout simplement perdre leur droit aux subventions fédérales… Subventions justement destinées à connecter à l'internet ces établissements publics. Mais McCain va devoir s'accrocher, puisque même des organisations réputées très conservatrices (comme certaines branches locales de la puissante et puritaine Christian Coalition) s'opposent à ce type de loi discriminatoire. L'ACLU, la grande association nationale pour les libertés civiles, est en première ligne pour dénoncer ce texte et entend tout faire pour que les amendements McCain en restent à l'état de projet.

.ref#1114646
________________________________________

transfert-Une jurisprudence contre l'anonymat
Une cour d'appel de Miami (Floride) a jugé, dans un arrêt rendu le 16 octobre, que les fournisseurs d'accès sont tenus de révéler l'identité des personnes qui tiennent des propos diffamatoires sur Internet. Pour l'avocate de l'Union américaine des libertés civiles (ACLU), qui représentait l'association lors du procès, ce jugement prouve que "les tribunaux sont en train de tracer les frontières de la liberté d'expression sur Internet."

.ref#1114603
________________________________________

ZDNet - Allemagne : une loi pour surfer au bureau
Le ministre allemand du Travail, Walter Riester, veut introduire une nouvelle réglementation permettant aux employés de surfer et d'envoyer des courriers électroniques d'ordre privé au bureau. La volonté du ministère du Travail est « d'améliorer la protection des données des salariés et de l'entreprise ». Le contenu des courriers électroniques privés et des pages internet visitées ne devra donc plus être soumis au contrôle de l'employeur. Le salarié pourrait, en cas d'intrusion, invoquer une violation des correspondances privées et engager des poursuites devant les tribunaux. Le rapport a néanmoins prévu une exception à cette réglementation, en cas de « soupçon aggravé d'utilisation détournée ».

.ref#1114551
________________________________________

17.10.00

Le Monde Interactif- La quatrième dimension de l'information
Au début des années 90, le secrétariat général de la défense nationale (SGDN) a voulu doter la France d'outils de veille stratégique et a impulsé des travaux de recherche dans ce domaine. C'est ainsi qu'est né, au sein de l'IRIT (Institut de recherche en informatique de Toulouse), un logiciel dénommé « Tétralogie ». Un outil de cartographie d'analyse relationnelle, terme barbare qui désigne un ensemble de méthodes mathématiques pour croiser les données, en sortir une information cachée et la visualiser. "Tétralogie permet d'aller les récupérer dans les bases de données puis, par des recoupements, il est possible de procéder à une analyse. Un peu comme dans une enquête de police deux informations mises ensemble vont donner une solution", dit Bernard Dousset, qui en a dirigé la conception. " Le problème de déontologie est très clair, car l'ordinateur peut tout recouper. Nous n'utilisons que ce que nous appelons des 'fichiers ouverts'. Nous, nous sommes corrects dans nos méthodes d'analyse. Simplement, les données que nous examinons n'étaient pas initialement prévues pour être croisées. Il est évident que ce genre d'outil appliqué aux cartes bancaires pourrait être beaucoup plus sournois." Au dire de Bernard Dousset, il serait également possible de déterminer quels sont les journalistes qui reprennent les idées des autres, les locomotives et ceux qui suivent avec lenteur.

.ref#1101908
________________________________________

Les Américains ne font pas confiance à internet
WASHINGTON (Reuters) - Quatre Américains sur cinq doutent de la capacité du gouvernement à maintenir confidentielles les données informatisées les concernant, selon un sondage. 46% des personnes interrogées disent "craindre fortement" et 35% "craindre" que les données détenues par le gouvernement à leur sujet ne soient un jour utilisées à leur détriment, selon une étude conduite pour le compte de l'Information Technology Association of America (ITAA). Une des conclusions de l'étude, potentiellement inquiétante pour le commerce électronique, montre par ailleurs que 72% des personnes interrogées disent ne pas faire confiance à la "signature numérique sécurisée" sur internet. Les doutes des internautes au sujet de la décurité des données sur internet pourraient se solder par 1.000 milliards de dollars de manque à gagner pour l'e-commerce mondial dans les trois prochaines années, soit un tiers du total prévu, a déclaré la semaine dernière le moteur de recherche AltaVista.

.ref#1101762
________________________________________

transfert-Les bornes Internet, nouvelles autoroutes du hacking
Aux États-Unis, les accès publics à Internet sont une aubaine pour les hackers de tout poil. Anonymat et discrétion y sont assurés, au grand dam des forces de police. La balle est dans le camp des concepteurs de bornes Internet alors que celles-ci se multiplient dans les halls de gare et d’aéroport. "Nous envisageons de les équiper de lecteurs de cartes de crédit ou de petites caméras vidéo", explique Ben Mannino, PDG de la société Media 1. Tony Caporicci, le patron de Netbooth, spécialisée dans le design de ces "kiosques", va plus loin : "Les caméras sont dissuasives, mais elles ne sont pas suffisantes pour confondre les fraudeurs. Nous expérimentons donc la biométrie, c’est-à-dire la reconnaissance des empreintes des doigts et de la rétine."

.ref#1101747
________________________________________

16.10.00

CNET.com - Gare aux avocats !
CNet publie une interview de Richard Smith, l'expert en atteintes à la vie privée récemment nommé à la Privacy Foundation, extrait :
"Le problème ne vient pas que des entreprises de marketing direct sur l'internet et il y a probablement moins à craindre des gouvernements que des avocats : imaginez ce qui arrivera le jour où il s'apercevront qu'ils pourraient utiliser ces données lors de procès... Quelqu'un qui aurait consulté l'"Anarchist Cookbook" sur Amazon pourrait ainsi se voir plus facilement qualifié de terroriste, même si l'on ne sait pas pourquoi il est allé consulté la fiche de ce livre. Mais les problèmes ne sont pas seulement liés à l'internet, c'est juste le prototype de toute cette surveillance qui nous arrive. Les téléphones sans fils, et la télé interactive, sont aussi la prochaine grande étape... Le fait de savoir que l'on est surveillé amène à arrêter de faire telle ou telle chose. Ainsi, en Russie, ils allaient dans le parc, pour pouvoir s'exprimer librement. C'est aussi ce que nous allons faire.

.ref#1092894
________________________________________

15.10.00

ZDNet - Échelon existe, mais pas son antidote
« Oui, il existe bien un vaste système d'interception et de traitement des informations nommé Echelon. Il est organisé en réseau. Il s'agit d'ailleurs du seul système multinational connu. », atteste le rapport rendu par la mission d'information dirigée par le député Arthur Paecht (UDF). Le rapport met également l'accent sur de nombreux « échanges » entre les services de renseignement alliés, à tel point que « la France aurait bénéficié des savoir-faire acquis par les responsables d'Echelon ». Quid du dispositif made in France, surnommé Frenchelon ? « La France dispose de réelles capacités d'écoute », avancent les députés, mais ses moyens « sont géographiquement orientés et limités, et ne peuvent en aucune façon être comparés au réseau Echelon. On ne saurait donc parler de “Frenchelon” ».

.ref#1086711
________________________________________

ZDNet - Le traité cybercrime met son nez dans les écoutes
Début octobre les services du Conseil de l'Europe ont mis à jour le fameux projet de traité sur la cybercriminalité, avec notamment de nouveaux éléments concernant l'interception légale des communications privées. Cette fois quatre sous-articles sont apparus, dont le principal évoque les mesures à mettre en place dans chaque pays pour « contraindre les fournisseurs de services (service provider en version anglaise) de collecter ou d'enregistrer (...) le contenu de communications spécifiées transmises par voie informatique [circulant] sur son territoire ». Le projet demande aussi à chaque pays de s'assurer du recouvrement de tout type de données, par exemple si elles sont protégées par du chiffrement. Pour cela, « toute personne » ayant « la clé ou une connaissance » pour casser la protection se doit de collaborer, enrolée de force comme auxiliaire de justice. Une note de bas de page précise tout de même que ceci « pourrait être perçu comme un pouvoir d'intrusion extrême ». Par ailleurs, les outils qualifiés de « logiciels illégaux » destinés à vérifier les failles d'un réseau – comme Backorifice ou Satan – font toujours figure d'accusés. Alors que ce ne sont souvent que des copies (plus robustes) de logiciels commerciaux.

.ref#1086683
________________________________________

ZDNet - Russie : la liberté de diffuser en ligne sauvée… pour le moment
La Douma – le Parlement russe – ne s'est pas prononcée, comme il était prévu, sur une loi qui aurait exigé de tout webmestre une licence d'État pour exister sur internet, rapporte une association de défense des libertés de Saint-Pétersbourg. La liberté d'expression était menacée par une disposition législative ("Enregistrement d'État des médias internet") qui prévoit de classer tous les sites internet russes, y compris les pages personnelles, dans la même catégorie que la presse périodique dans le cas où les informations seraient mises à jour au moins… une fois par an. L'enregistrement serait à la charge des internautes et la “licence” leur coûterait entre 5 000 et 15 000 roubles. L'objectif sous-jacent de ce texte est de rendre obligatoire l'identification des sites internet.
D'autres détails plus précis dans la version anglaise du bulletin lambda.

.ref#1086670
________________________________________

Réseau Voltaire- Premier autodafé sur le Net de Carl Lang, le n°2 du FN
Le Front national peut-il expurger les bibliothèques électroniques des livres et articles qui retracent son histoire ? C'est la question qui se pose après que Carl Lang, délégué général du parti d'extrême droite, ait déposé une plainte contre la Bibliothèque électronique du Réseau Voltaire. Le député européen entend empêcher la consultation d'une notice biographique le concernant, parue il y plus d'un an, en juin 1999, et qu'il n'avait pas contesté dans les délais légaux bien qu'il en ait eu connaissance. L'affaire sera plaidée en audience publique, le 8 novembre 2000 à 14 h, devant la XVIIe chambre du TGI de Paris.

________________________________________

Globe_L- Manip' à Prague
Au moins 16 personnes sont encore en prison après les manifestations du 26 septembre à Prague. Au moins 25 personnes font l'objet de poursuites judiciaires. De plus, "Des reporters ont rencontré des policiers habillés en manifestants, avec des sweat-shirts noirs, ainsi que des écharpes et des capuches noires pour cacher leurs visages. A Tyvolo Namesti, les reporters ont vu un des policiers masqués frapper avec une barre de fer une vitrine; plus tard, ils l'ont retrouvé en train d'arrêtés des militants." Le ministre de l'Intérieur Stanislav Gross a réagi en réclamant l'arrestation des personnes apportant ces preuves d'agents inflitrés...

.ref#1086242
________________________________________


Les 12 conseils de l'EFF pour protéger votre vie privée
La pionnière des organisations de défense des droits et libertés civiles de l'ère digitale délivre ses bons conseils (en français).

Ordinateur & Sécurité Internet
Vie privée, crypto, PGP, mots de passe, remailers, stégano, et cætera.
(Traduction de security.tao.ca)


Le business de l'information

Introduction & banques (brutes) de liens concernant les outils de protection de la vie privée, l'hacktivisme, etc.

+ in english + stats
+
Vie privée / Rens. généraux
+ Articles sur l'uZine du miniRézo :
A qui profite le crime ?
(A quoi ça sert de s'identifier ? Ben à rien, en fait)
JE est un autre (Etat des lieux de qui surveille quoi, et comment s'en protéger)
Liberté, Egalité, Fraternité : Réprimés ! (l'internet, c'était la liberté. Aujourd'hui, il s'agit de surveiller, réprimer, réguler...)


NewsLetter......:

Précédents n°
Recherche........: Google
sur BugBrother sur le WWW

Ils veulent tous nous ficher !
Présumés Coupables ?
Signez @ IRIS + Vos Papiers!

Plus d'infos sur Insurgence.org :
"Nous ne sommes pas des numéros" !
L'uZine est de retour !!! Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le net, et + encore.
Portail des e-zines indépendants francophones, où l'info sans tabous ni (auto)-censure.

Webring de la Sécurité Informatique Francophone :
[Previous | Next | Random Site | List Sites]


Big Brotherisé?) Bug Brotherisable!)
REGULATION : processus par lequel les gouvernements veulent contrôler la liberté d'expression (cf article11.net)
SECURITE : façon de faire passer les hackers pour des voleurs, et que vive l'e-commerce ! (cf kitetoa.com)
SURVEILLANCE : réponse des forces de l'ordre à l'adage de l'internet : information=pouvoir (cf lambda.eu.org)

Politiciens, marchands et forces de l'ordre veulent réguler, sécuriser et surveiller l'internet alors même que ceux qui ont bâti, et bâtissent encore, l'internet, s'inquiètent de ces dérives totalitaires à la Big Brother (voir altern.org).

L'internaute, au mépris des droits de l'homme et du citoyen, est de plus en plus considéré comme un cybercriminel potentiel... mais qui va l'aider à protéger sa vie privée, sécuriser son ordinateur, et ses communications via l'internet?
Bienvenue au pays des Bug Brothers!)

Voir aussi, en français :
Web Sécurité : TOUT savoir ou presque des espiogiciels / PGP en français : la référence francophone en la matière / Panoranet : actus de la vie privée & méthodes de protection / Les cookies démystifiés : tout est dans le titre / Secuser : actus de la sécurité informatique / Sécurité.org : outils et liens axés sécurité et cryptographie / Freenet : en français
/ Cryptologie : très bonne introduction en la matière.


Internet & Privacy
The business of information
Introduction & rough banks of links on How To protect one's privacy, hacktivism, etc.
See also security.tao.ca's
Computer & Internet Security


Big Brotherised?) Bug Brotherisable!)

REGULATION : system designed by governments to control the freedom of speech (cf politechbot)
SECURITY : hackers' concern, but e-commerce threat, and propaganda (cf HNN)
MONITORING : polices & secret services' response to the internet definition : "information =power" (cf cryptome)

Politicians, merchants & policemen want to regulate, monitor & secure the internet even though those who built and manage the network worry about those totalitarian(Big Brother style) powers (cf GILC)

Netizens are more and more considered as potential cybercriminals, despite some basic & fundamental human rights... but who's helping those netizens in managing their privacy and improve their knowledge in IT & communications security?
Welcome to Bug Brothers' world!)


Copyleft attitude : BugBrother n'est pas responsable des liens, idées et propos exprimés dans la revue de web sise là : l'BB copie, colle & compile ces informations qui, bien que parfois copyrightées, sont ici RE:diffusées dans un but strictement informatif, et sans aucun objectif commercial : l'BB commente parfois, mais cite ses sources, alors faites tourner !
 



Powered by Blogger