bUg <BR>Oth3r
do you really think Big Brothers are sexier ?)
Bb)
You Watch, We Watch

Chronique d'une désinformation
Serge Corre
(Version Originale d'un article pâru sur ZDNet.fr : "Contre-enquête sur une pseudo manipulation boursière via l'internet"
)

L'affaire Marc Orian, qui tenait un internaute pour co-responsable de la chute du cours de son action, relevait plus d'une désinformation médiatique que d'une tentative délibérée de déstabilisation.

Info ou intox ? La chute de près de 30% des actions de Marc Orian (MO), premier réseau français indépendant de bijouterie, serait due aux "messages alarmants" et "informations trompeuses" lancées par un particulier sur Boursorama, un forum financier de discussion sur internet. C'est en tout cas ce que laissaient entendre la semaine dernière les Echos, puis le Journal du Net, Europe1, Le Monde, La Tribune et enfin l'AFP.


Des informations contradictoires
Le 4 février dernier, la publication des résultats semestriels "en croissance" de la société entraîne un certain nombre de commentateurs à l'optimisme, certains en faisant même une de leurs "valeurs préférées".

Le 7, l'action de MO commence à dégringoler. Un internaute, se définissant lui-même comme petit actionnaire "débutant" marié à une employée de la société, s'inquiète sur Boursorama de la brusque chute des cours de la société et parle, le 10, de "problèmes de trésorerie" occasionnant des retards dans le paiement des salaires, et "de nombreux cambriolage de leurs bijouteries". Le 11, rassuré par d'autres actionnaires-contributeurs, il déclare qu'il va "gratter les fonds de tiroirs pour acheter un peu".

Le 14, l'action a chuté de 30% et les dirigeants de MO publient un communiqué de presse qui se veut rassurant, tout en déclarant aux Echos "être victime d'un internaute qui aurait divulgué des informations trompeuses", menaçant même de porter plainte auprès de la Commission des Opérations de Bourse (COB). Le 16, la direction de MO réitère ses accusations au Journal du Net, tout en précisant que les retards de paiement étaient dus à un problème informatique, et que les cambriolages n'avaient pas eu d'incidence sur le chiffre d'affaires.

Le 20, c'est au tour du Monde de parler de cette histoire de "désinformation", dans le cadre d'un article sur "La vague des forums de discussion financiers". Le 21, l'AFP rend public un communiqué de presse de la COB mettant en garde le public et les sociétés contre les "personnes peu scrupuleuses" qui utilisent l'internet pour inciter à acheter des produits financiers, et renvoie, à titre d'illustration, à cette "affaire de déstabilisation" des cours de MO.

L'avis des actionnaires
Mais cette analyse n'est pas du goût des premiers concernés : les actionnaires, en effet, parlent plutôt de la réaction d'un patron "attaqué dans sa chair par une action injustement malmenée" et des "problèmes de communication" de la société; et si l'internaute a depuis disparu du forum de discussion, les autres contributeurs sont unanimes : "il n'est pour rien là-dedans, c'est de l'intox".
Il semble en effet que la chute soit bien plutôt due à un changement d'opinions de "gros" investisseurs qui, déçus des performances du bijoutier, ont changé d'attitude depuis la publication du rapport du 4 février. Un analyste financier particulièrement au fait du dossier MO nous a ainsi déclaré, sous couvert d'anonymat, que la brusque chute de 30% des actions suite à la publication des résultats de la société n'avait "rien de choquant au vu des résultats semestriels qui n'étaient pas à la hauteur des attentes" en terme de valorisation : l'action de la société avait en effet baissé de 23% en un an, la cause étant à chercher du côté de l'intégration d'un certain nombre de nouveaux magasins pesant sur les résultats de MO.

Sylvain Krief, PDG de Marc Orian, nous a déclaré qu'il "n'assimile pas la baisse du cours à cette rumeur" et n'a "jamais dit que c'était à cause d'internet, mais que j'étais victime de quelqu'un qui racontait des âneries". Alerté par d'autres internautes de ce qui se passait sur le forum de discussion, il a finalement retrouvé, et "calmé", le mari d'une responsable d'un de ses magasins de province, tout en refusant la démission de sa femme. S'il n'envisage donc pas de porter plainte auprès de la COB, il ne s'explique toujours pas la baisse du cours des actions Marc Orian. Côtée 95 euros début janvier, l'action côte aujourd'hui 62 euros, après être tombée à 57 il y a deux jours.

http://www.boursorama.com
http://www.journaldunet.com/0002/000216marcorian.shtml
la dépêche AFP (COB et Marc Orian) : http://fr.news.yahoo.com/000221/32/911z.html
les Echos : http://www.lesechos.fr/jj20000215/sommaire/somm_7.htm#693149.htm
le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,43304,00.html


Copyleft Attitude : informations copiées, collées & compilées avant d'être RE:diffusées dans un but informatif, et sans aucun objectif commercial...: faites tourner, citez vos sources, tout droit d'exploitation ©opyrightée réservé.

back to ze top

Newsletter :

via samizdat

Manuels :
Sécurité
Crypto & Co
Vie privée
12 conseils de l'EFF
Sortez couvert
Stop la cybersurveillance !

Outils :
Eraser
effacement sécurisé
Générateur
d'e-mails subversifs
Spammimic
stégano-spam
PlayMaker
stégano-dial

Recherche :

sur Bb) Google

Archives :
RE:vue de web
par rubriques
Textes
varia

Ressources :
A propos
Contact & Cie
BBA-F off
Big Brother Awards
®TMark en VF
Experts ès subversion
Jam Echelon Day
Contrer Frenchelon & Cie
Fichage policier
Renseignementsgeneraux.net