bUg <BR>Oth3r
do you really think Big Brothers are sexier ?)
Bb)
You Watch, We Watch
 

 

Travaillez, vous êtes fliqués ! [ Vie Privee ]
Auteur: Bb) [ Bug Brother ] Friday 12 January 01

Le RIP Act, qui connecte tout le trafic internet aux services de Sa Majesté, était, il y a quelques mois, passé beaucoup plus inaperçu, dans notre Hexagone en tout cas, que le petit bout de loi qui autorisait les employeurs à cyber-surveiller leurs employés. Etonnament, la légalisation de la cybersurveillance des salariés britanniques fait beaucoup plus parler d'elle que le flicage systématique de tous les internautes.

On apprenait récemment que la Hollande contraignait ses FAI à payer pour faciliter les interceptions, que la concentration du marché allait ainsi s'accentuer, au "profit" de quelques-uns, et de quelques-uns seulement (devinez qui ?), qu'elle avait aussi créé le plus gros centre européen d'écoutes et d'interceptions. Personne n'en parle vraiment, bon, passons. Transfert nous apprend aujourd'hui qu'"après un an de réflexion, de consultation des syndicats et des entreprises, le Registratiekamer, l?équivalent de la CNIL, autorise la surveillance des employés : les entreprises peuvent fouiller les machines de leurs employés sous certaines conditions et seulement si tous les moyens de surveillance ont été préalablement discutés avec les salariés." Un peu comme en France, en somme. Normal.

Parlons de la France, justement. Il est tout à fait possible, et permis, de cybersurveiller ses employés, à condition qu'ils en aient été informés, même si cette "information" leur est notifiée au détour d'une phrase tout ce qu'il y a de plus vague et sybilline, comme cela fut le cas pour cette syndicaliste qui fut mise à pied pour s'être entretenue avec une ex-salariée licenciée... Si TF1, via le cabinet d'avocats Bensoussan, consacre tout un dossier sur les doits des salariés en la matière, il est beaucoup plus difficile d'obtenir quelque info que ce soit sur le cadre législatif français en allant sur le site de la CNIL.

Parlons de la Commission Nationale Informatique et Libertés, justement. Elle a récemment fait l'objet, du fait même de son impuissance caractérisée (façon cache-sexe de la protection des données personnelles), d'un dossier à charge à l'occasion des Big Brother Awards français. Par ailleurs, Hubert Bouchet, syndicaliste et vice président délégué de la CNIL, s'entretiendra le 18 janvier des "Enjeux et perspectives de la réforme de la "Loi Informatique et Liberté" en matière de protection des salariés". Où ça ? Lors d'un séminaire intitulé "Cybersurveillance de vos salariés : maîtrisez les limites légales au contrôle de l'activité des salariés". C'est-y pas beau, franchement ? Une des figures du syndicalisme, et de la protection de la vie privée, qui expliquent aux employeurs comment fliquer leurs employés... Le séminaire dure 2 jours, coûte seulement 8 995 FF (hors taxes) et compte pour partenaires THE WALT DISNEY COMPANY, ERNST & YOUNG, FRANCE TELECOM ou encore la DEUTSCHE BANK... Un des avocats du cabinet Bensoussan y parlera des "contraintes juridiques (qui) limitent le contrôle de la cyberactivité de vos salariés" (on ne saurait que trop apprécier le caractère si peu tendancieux de l'intitulé), on y dressera aussi un "panorama des outils les mieux adaptés pour assurer le contrôle de vos salariés"...

Trêve de cynisme, on rappellera tout de même que "80 % des intrusions informatiques dans les serveurs d?entreprise sont le fait des salariés de la boîte." L'information est connue, mais c'est le responsable du Sefti (Service d?enquête sur les fraudes aux technologies de l?information), qui le dit, dans un article de Transfert, plutôt pertinent au demeurant, consacré à la perception des Français du terme "hacker". Ceci pouvant expliquer la volonté de certains employeurs de fliquer leurs salariés. Il n'empêche : le business, et la banalisation, de la cybersurveillance, va bon train. Jamais avant l'avenue de l'internet on ne se serait permis de débattre publiquement des modalités de mise sur écoutes téléphoniques, sans même parler de l'ouverture du courrier, de ses salariés. Ainsi va la vie... .net.

http://www.transfert.net/fr/cyber_societe/article.cfm?idx_rub=87&idx_art=3492.
http://www.salons-online.com/data/cybersurveillance_de_vos_salaries_programme.html
[ Commentaire? ]


   

 

bUg <BR>0th3r
Index, blahblah

Internet & vie privée
12 conseils de l'EFF (en VF)

Ordinateur & Sécurité
Crypto, PGP, mots de passe...

RE:vue d'b!gb@nd
Archives de la newsletter

Blahblahblah
Archives du fil d'infos

Ecrire dans l'Bb)
Via madchat

Renseignements généraux
Administrativa, contact

Big Brother Awards
Les nominés OFF !!!

Fliqués & fichés !
Textes du Bb) sur l'uZine

Ze bizness 2 l'info
Banques (Brutes) de liens

Business of information
(Rough) banks of links

See also security.tao.ca's
Computer & Security

-=[ '"_M4DCH4T_"' ]=-
Code/Hacking/Underground/MagZ

 

 

back to

Copyleft Attitude : informations copiées, collées
& compilées avant d'être RE:diffusées dans un but
informatif, et sans aucun objectif commercial...:
ze top

Faites tourner, si vous citez
l'Bb) / tout droit d'exploit-
ation ©opyrightée réservé...!