Anonymizers


    Les célèbres "anonymizers" permettent de surfer sur le web de manière +- anonyme, permettant en outre de déjouer, parfois, la censure et le filtrage imposés à certains. Ils masquent votre adresse IP (Internet Protocol, qui sert à identifier votre ordinateur ou réseau informatique) de telle sorte que les sites que vous visitiez ne verront que l'adresse IP du proxy dont vous vous servez, et non la vôtre.

    Les politiques de cession (revente, location, fusion-acquisition) des informations collectées par des tiers et de cybersurveillance des réseaux varient grandement d'un serveur et d'un site à l'autre. D'aucuns ont ainsi fait de vos données personnelles leur fonds de commerce, d'autres n'ont plus le choix, commercialement parlant, que d'autoriser des tiers les exploiter, sans parler des requêtes judiciaires et policières.

    Il est ainsi fortement conseillé de vérifier la charte relative à la vie privée, aux collectes des données (et à l'utilisation des proxies qui suivent) avant de s'en servir. Tous les serveurs n'autorisent pas le HTTPS (HTTP sécurisé chiffrant le trafic internet), par exemple.

    Sans HTTPS, il est possible d'intercepter le trafic des données et de contrecarrer l'utilisation des proxies. Pour plus d'information, voir la section " World Wide Web - Vie Privée & Sécurité".

    Il est fortement recommandé de désactiver JavaScript, VBScript, ActiveX & Java de manière à optimiser votre anonymat.

    Il peut être utile de se servir d'un proxy situé hors des frontières de votre pays. Vous pouvez aussi enchaîner plusieurs proxys pour brouiller encore plus les pistes, même si cela peut aussi ralentir votre connexion, ou encore utiliser un logiciel automatisant cette tâche.

    Le célèbre Anonymizer est déconseillé : il garde en mémoire les "logs" (données de connexion) pendant 20 jours...

    On déconseillera également ProxyMate (The Lucent Personalized Web Assistant) : il est géré par un sous-traitant de l'armée américaine...

    Janvier 2004 :! la liste de liens qui suit est en partie obsolète, elle restera en l'état à mesure qu'il est difficile de trouver des anonymizers fiables sur le long terme.

    En l'état, quelques remarques de bon sens :

    - plutôt qu'utiliser un anonymizer, il peut s'avérer utile d'opter pour un accès internet "anonyme" via un point d'accès public à l'internet (certains requièrent cela dit que vous décliniez votre identité),

    - d'autres opteront pour un compte d'accès via un fournisseur de confiance, à mesure de pouvoir anonymiser votre connexion (généralement, des amis..., ou no-log.org)

    - l'utilisation d'anonymizer.com, et autres anonymizers officiels (qui, donc, conservent les données de connexion) suffira amplement à ceux qui s'en servent pour autre chose qu'éviter d'éventuelles foudres policières,

    - l'utilisation de proxies (voir caspam.org) peut s'avérer préférable à celle d'anonymizers à mesure que vous ne reposer pas, dès lors, sur l'utilisation d'un anonymizer spécialement dédié à cet effet, mais que vous utilisez un serveur anodin, mal configuré voire lui aussi anonyme.

    - l'avantage de certains anonymizers est cela dit de vous proposer de surfer de manière sécurisée (via https), rajoutant dès lors une couche de sécurité à votre navigation internet:

    - la première chose à faire lorsque vous utilisez un anonymizer, ou un proxy, est de vérifier quelles sont les données de connexion qui passent au travers : cf www.privacy.net/analyse (page à visiter en premier, cf aussi http://tools.rosinstrument.com/proxy/howto.htm).

    Recommandés :

    Autres :

    Ressources :

    "Noproxy" proxys :

    Marchent avec "*.domain.org", quel que soit *.


security section index.