bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 2 avril 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Les logiciels de filtrage atteints de myopie
Dixit : 01Net, Chroniques de Cybérie, Vivre le Net.

Les logiciels de filtrage censurent en moyenne 20 % des sites inoffensifs et manquent un tiers des sites répréhensibles.

Les logiciels de filtrage - conçus pour empêcher les enfants d’accéder aux sites Web pornographiques - ne sont pas assez efficaces et bloquent l’accès à des sites inoffensifs, ont déclaré des experts devant une cour fédérale américaine.

Une commission spéciale de trois juges fédéraux doit se prononcer sur le Children’s Internet Protection Act (CIPA), une loi qui oblige les bibliothèques publiques à installer de tels logiciels sur leurs postes reliés à Internet sous peine de se voir retirer d’importantes subventions.

Cette loi, promulguée en 2000 par Bill Clinton, ayant été contestée devant la justice, le gouvernement a repoussé sa mise en application au 31 juillet. Les plaignants - bibliothèques et opérateurs de sites Web - estiment que le CIPA va à l’encontre du Premier amendement de la constitution américaine, qui garantit la liberté d’expression.

Deux experts appelés à témoigner ont déclaré que des logiciels de filtrage comme CyberPatrol, SmartFilter et N2H2 ne peuvent empêcher l’accès à des contenus répréhensibles sans bloquer dans le même temps des sites conventionnels. Pire, ajoutent-ils, ces produits ne sont pas réellement efficaces et des sites pornographiques passent régulièrement à travers les mailles du filet.

« Ma conclusion, après avoir consulté quarante études, est que les filtres sont systématiquement défectueux », affirme Christopher Hunter, de l’université de Pennsylvanie. Les logiciels de filtrage ne parviennent à bloquer les sites répréhensibles que dans 69 % des cas et censurent des sites inoffensifs dans 21 % des cas, estime l’universitaire.

A titre d’exemples, Geoffrey Nunberg cite le blocage du site de Sony dédié à la comédie "The Opposite of Sex", des pages de l’officiel Institute for Sex Research, d’une page intitulée "Pen Is Mightier" car le logiciel de filtrage détectait le mot "penis" dans le titre. L’exemple le plus frappant est celui du blocage d’une page du site Internet d’un sénateur de l’Utah .. critiquant les dispositions du CIPA.

En outre, étudiant les expressions constituant la base du filtrage opéré par le logiciel CyberPatrol, l’un des juges de la commission spéciale créée pour l’occasion relève qu’il s’agit d’une "liste étonnante, incluant des notions n’ayant aucune connotation sexuelle". "Le nombre de catégories est étonnant : protestants, catholiques, juifs, musulmans", ajoute-t-il.

Logiciels filtres : le juge filtre l’audience

(...)

Alors que les procureurs de l’ACLU, de l’ALA et du ministère de la Justice (DoJ - intimée dans la cause) débattaient de la question devant un banc de trois juges, coup de théâtre : les procureurs du fabricant de logiciel filtre N2H2 ont présenté une demande d’urgence pour que l’audience se tienne à huis clos. Selon Declan McCullagh du service de nouvelles Wired, le juge en chef Edward Becker a acquiescé à la demande et demandé au public et aux journalistes présents de quitter la salle d’audience.

N2H2 a fait valoir que la comparution de témoins experts pourrait exposer des secrets commerciaux sur le fonctionnement de ses logiciels filtres. La requête de N2H2 a interrompu le témoignage de Geoffrey Nunberg, chercheur en linguistique à Stanford, qui expliquait comment il est impossible pour un logiciel filtre de sélectionner efficacement les contenus offensants des contenus inoffensifs. Les procureurs de l’ACLU et du DoJ ont contesté en vain le huis clos ; le juge a rétorqué qu’une transcription épurée de tout secret commercial serait rendue publique.

Rappelons que N2H2, fabricant du logiciel de filtrage Bess, vendait jusqu’en février de l’an dernier aux parties intéressées (exploitants de sites, agences de marketing et placement publicitaire) les statistiques qu’elle compilait sur les sites les plus visités par les enfants. Le logiciel Bess est utilisé dans 40 % des écoles qui utilisent de tels filtres, une clientèle « involontaire » de 14 millions d’individus selon l’Associated Press. Le ministère américain de la Défense envisageait même d’utiliser les rapports comportementaux des jeunes qui consultent les sites militaires, et que Bess était en mesure de livrer, pour peaufiner ses méthodes de recrutement.

(...)

Parallèlement, en Australie, les "dommages collatéraux" causés par les logiciels de filtrage sont mis en évidence

Hasard du calendrier, le 26 mars 2002 de l’autre côté du Pacifique, un rapport a été rendu public sur l’efficacité des logiciels de filtrage. Cette étude intervient à la suite de l’obligation imposée aux fournisseurs d’accès à Internet australiens d’offrir à leurs abonnés un logiciel de filtrage des contenus disponibles sur Internet, logiciel approuvé par le Gouvernement.

Ce rapport qui a testé 900 sites Internet répartis dans 28 catégories montre qu’en moyenne, les logiciels de filtrage mis à la disposition des internautes bloquent uniquement 79% des sites Internet pornographiques. Ainsi, l’étude de 90 pages s’est penchée sur les principaux logiciels offerts par les fournisseurs d’accès à Internet. Elle démontre par exemple en ce qui concerne le logiciel N2H2 que ce dernier empêche d’accéder à 60% des sites présentant des oeuvres d’art ou photographiques, à 40% des sites sur l’éducation sexuelle, à 10% des sites tendant à combattre la propagation de propos racistes ou antisémites sur le Net - tandis que seuls 2/3 des sites contenant de tels propos sont bloqués.

De manière générale, 80% des contenus pornographiques seraient rendus inaccessibles tandis que les autres catégories (racisme, etc ...) seraient encore accessibles à 50%. En conclusion du rapport, l’Australian Broadcasting Authority (ABA, équivalent de notre CSA) indiquait que "les logiciels ne sont pas un substitut à une bonne éducation parentale".