bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 4 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Censure du CSA, censure d’Etat
Dixit : Libération, Tiers Secteur Audiovisuel.

Pionnier du combat pour les radios libres, Michel Fiszbin est aujourd’hui président de Zalea TV (pour « Zone d’action pour la liberté d’expression audiovisuelle »). Zalea TV, au nom de la cinquantaine de télévisions associatives, s’en prend aujourd’hui au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), qui a décidé de ne plus délivrer d’autorisations de diffusion temporaire comme par le passé.

Pourquoi le CSA refuse-t-il d’accorder des autorisations de diffusion aux télés associatives ?

L’argument du CSA, c’est qu’en période de campagne électorale il n’est pas en mesure de vérifier que nous respectons bien les règles du temps de parole entre les candidats à la présidentielle. On se demande alors comment le CSA fait pour contrôler les 500 radios associatives... Nous y voyons une censure en totale contradiction avec la nouvelle loi sur la liberté de communication audiovisuelle. Une incroyable démission du CSA au regard de son cahier des charges. Et puis il est payé pour ça, le CSA !

Que comptez-vous faire ?

Nous, c’est-à-dire l’ensemble des télés associatives, ce qu’on appelle « le tiers secteur audiovisuel », avons décidé de nous livrer à un acte de désobéissance civique fort : à compter du 6 avril, soit deux jours après le début de la campagne officielle, nous allons entamer des diffusions pirates dans toute la France. Il s’agit de marquer notre refus de nous taire pendant la campagne électorale. Ainsi, nous montrerons que l’apport des télés libres au débat démocratique en cours est complémentaire, irremplaçable et intéressant. (...) Il n’y a toujours pas en France de réelle liberté d’expression audiovisuelle, comme cela existe dans la presse ou dans la radio. ça ne pourra exister que si on laisse se développer des chaînes qui n’appartiennent pas aux grands groupes financiers.