bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 4 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Insécurité : mythes et réalités
Dixit : Partisan.

L’insécurité est la première préoccupation des Français », c’est dit et répété comme une évidence et ce sera le thème n°1 de la campagne électorale. Le sujet est délicat pour des révolutionnaires, car on ne peut se contenter d’évoquer le chômage et de « comprendre » ceux qui s’en prennent aux poubelles et aux voitures ...des ouvriers. Mais la première chose à faire, c’est d’essayer de cerner la réalité des faits, au-delà des fantasmes et de la démagogie.

Socrate, qui a pourtant été condamné à mort pour non-respect des dieux et corruption de la jeunesse, disait, plus de 400 ans avant notre ère : « Notre jeunesse... est mal élevée, elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect envers les anciens. Nos enfants aujourd’hui... ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce, ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont simplement mauvais ».

La « grande » insécurité est en baisse

La première réalité à noter est que le taux des délits les plus graves n’augmente pas. Nous disons bien : le taux. Car le nombre augmente légèrement, et le tour de passe-passe démagogique le plus grossier consiste à oublier de le comparer à l’évolution du nombre d’habitants. Nos « sécuritaires » parlent donc plus volontiers de la « petite délinquance ». Reconnaissez alors qu’il s’agit d’une petite insécurité ! La catégorie la plus importante des homicides involontaires, ce sont... les accidents de la route. Mais, « depuis le milieu du 20e siècle, qu’il s’agisse des homicides, infanticides, coups et blessures volontaires, atteinte aux moeurs, la plupart des crimes et délits contre les personnes, en taux pour mille habitants, sont restés pratiquement stables » (La Documentation Française). Depuis 1994, le taux des homicides est en baisse.

Cannabis et sans-papiers !

Les deux courbes de statistiques policières qui, réellement, explosent sont celles des « infractions à la législation sur les stupéfiants » et des « infractions à la législation sur les étrangers ». Plus de 70 000 personnes sont interpellées chaque année pour usage de stupéfiants. Dans les ¾ des cas, il s’agit de cannabis, dont on sait par ailleurs qu’il est moins dangereux pour la santé que le tabac et l’alcool. Et, à 90%, il s’agit d’ « hommes de moins de 30 ans ». La moitié se déclarent sans profession, les autres, lycéens, étudiants, ouvriers, employés... Les enquêtes sociologiques montrent que la consommation de drogue concerne autant, sinon plus, les jeunes des classes moyennes et aisées. Les enquêtes policières, elles, s’intéressent presque exclusivement à ceux des classes populaires. Quant aux P.V. collés aux travailleurs étrangers pour défaut de papiers, il y en a eu environ 50 000 par an dans les années 1990. Où est l’insécurité ? Elle est surtout pour le travailleur lui-même ! Il est plus dangereux pour autrui de rouler sans permis de conduire ! Cannabis et sans-papiers, voilà ce que disent les chiffres. Or ceux-ci ont pour responsables : 1. le gouvernement, 2. les flics. Il suffit que le gouvernement légifère (loi de 1970 sur les drogues), continue à confondre héroïne et cannabis (pour les lois contre les travailleurs immigrés, demandez aux sans-papiers !), et il suffit que les policiers aient comme objectif de faire du chiffre, de présenter un beau palmarès à leur hiérarchie, pour que les statistiques explosent. Sans que la réalité sur le terrain n’ait changé, en tout cas pas du tout dans les mêmes proportions.

Marc Crépin

(La plupart des informations contenues dans cet article sont extraites de « Violences et insécurités », par Laurent Mucchielli, Ed. La Découverte).

Partisan n°164 Au Sommaire : Insécurité : mythe ou réalité ? Femmes et religions L’amiante en procès Sans papiers et demandeurs d’asile à Lyon Intervention US aux Philippines Argentine : naissance d’un contre-pouvoir ?

Vente en kiosque ou à notre Boîte Postale 48, 93802 Epinay-sur-Seine cedex. (1,50 euros) Contact : E-mail