bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 28 février 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

La liberté n’a pas de prix - Contre le contrôle des réseaux informatiques
Dixit : Forum de l’Insoumission et de la Désobéissance

Une vingtaine de désobéissants et désobéissantes on investit le hall de l’immeuble qui habrite les bureaux de l’Association des fournisseurs d’accès et de services Internet (AFA), à la Défense, pour protester contre les mesures d’atteintes aux libertés en matière de communication et de correspondance contenues dans la LSQ.

Au nom de la « sécurité » sont ainsi étendus les pourvoirs de la police et de la justice pour surveiller les échanges, les sites et services consultés ; sont aussi limités les possibilités de protection des données personnelle par la cryptographie ; sont légalisées les possibilités de « perquisitions » et d’écoutes électroniques.

En clair, en France comme dans de nombreux pays, les échanges via l’Internet sont désormais sous haute surveillance. Mais ces dispositions vont aussi plus loin puisque la loi impose désormais aux opérateurs de communications électroniques (fournisseurs d’accès et de services en particulier) de se transformer en véritables auxiliaires de police qui conserveront des données sur les activités de tous les internautes et en faciliteront l’accès à la police et la justice.

Dans les semaines précédant l’adoption de la LSQ les fournisseurs d’accès et de services Internet sont intervenus pour obtenir des parlementaires des aménagements de la loi... non pour défendre les libertés des internautes, mais pour obtenir des « compensations » financières pour leur collaboration. Cette compensation ils l’ont finalement arrachée grace à l’ajout au troisième alinéa de l’article 29 de la loi d’une disposition autorisant « Les opérateurs [à] réaliser un traitement de ces données en vue de commercialiser leurs propres services de télécommunications, si les usagers y consentent expressément et pour une durée déterminée. »

En d’autre terme, moyennant un vague addendum à des contrats que personne ne lit jamais (et qui leur en donnera formellement notre accord), les « providers » nous ficheront, et financeront cette activité en vendant les données nous concernant.

Nous appelons tout un chacun à se mobiliser contre la la Loi sur la Sécurité Quotidienne (LSQ) par tous les moyens nécessaires : en participant à l’initiative de la Saisine citoyenne du conseil constitutionnel contre la LSQ

Nous demandons aux fournisseurs d’accès et de service qu’ils prennent l’engagement de la plus grande transparence :
- Offrir le plus clairement possible aux utilisateurs la possibilité de refuser la commercialisation de leurs données.
- Permettre à celles et ceux qui autoriseraient cette commercialisation de savoir tres précisément quelles données sont conservées et quel usage en est fait.
- D’informer précisement les utilisateurs et les utilisatrices de toute requisition judiciaire les concernant et donner à tout abus ou tentative pour obtenir des informations supplementaires toute la publicité qui s’impose.