bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 7 mai 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

L’éditeur de Vos papiers ! Que faire face à la police ? en garde-à-vue
Dixit : Michel Sitbon, éditeur notamment de l’Esprit Frappeur a été placé en garde-à-vue à partir de 15 heures ce jour, apparemment pour des " violences à agent dépositaire de la force publique ".

Michel Sitbon, éditeur notamment de l’Esprit Frappeur a été placé en garde-à-vue à partir de 15 heures ce jour, apparemment pour des " violences à agent dépositaire de la force publique ". Vendredi 3 mai, constatant que la police avait procédé à des interpellations violentes devant le poste de police de la rue des Orteaux, Paris XXe, Michel Sitbon dont les bureaux sont situés dans le voisinage était venu s’inquiéter des raisons de ces interpellations, dans le contexte très particulier de la mobilisation contre l’extrême droite. Les fonctionnaires de police ayant refusé de répondre à ses questions, il est ensuite entré dans le commissariat pour s’entretenir avec le commissaire. Puis, il est retourné à son travail.

Le lendemain, à six heures du matin, cinq policiers se présentaient au siège des éditions et sans montrer de commission rogatoire, se faisaient ouvrir la porte et procédaient à une visite des locaux recherchant Michel Sitbon. Ils ne le trouvèrent pas et revinrent à dix heures pour une deuxième visite, parallèlement, deux policiers se présentaient à son domicile pour lui remettre une convocation.

Ayant pris connaissance de cette convocation, Michel Sitbon se présentait alors au poste de police ce lundi vers 14 heures et était placé en garde-à-vue.

Les éditions ne peuvent que s’inquiéter de ce qu’une personne connue dans son quartier et qui a tenté de favoriser le dialogue social dans la période de tension entre les deux tours des élections, soit placée en garde-à-vue et accusée de faits peu en rapport avec son comportement habituel.

Édition L’Esprit frappeur : tél. : 01 40 09 69 69.