bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 4 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Un nouveau Big Brother américain ?
Dixit : The Guardian

Mercredi dernier, une chose étrange s’est produite aux Etats Unis. La population américaine a reçu l’ordre de paniquer. On lui a intimé l’ordre de se placer dans un état de vigilance extrème, de surveiller son voisin, le doigt sur la touche "police" de son téléphone. On nous a dit "attention, dans quelques heures un attentat cataclysmique va se produire, là, maintenant, tout de suite". Finalement il ne s’est rien passé.

Par contre, le lendemain, dans les journaux, planqué en page 15, il y avait une information bien plus inquiétante. Un certain John M Poindexter avait été nommé directeur d’une nouvelle agence d’état dont le but est de "prévenir les attaques contre les US" - par exemple en diffusant des alertes comme celles de Mercredi. (...) .

L¹agence que va diriger Poindexter s’appelle "The Information Awareness Office". Quel est la mission de cette agence ? Son slogan pourrait être "Big Brother is Watching You". En effet , l’IAO fournira aux autorités et aux forces de polices "en temps réel" des analyses tirées de l’écoute permanente des conversations téléphoniques ainsi que des emails et des messages directs du type ICQ ou AIM... mais aussi les SMS de votre portable. C’est une agence d’espionage intérieur. Vous voulez voir si ça marche ? Envoyez le SMS suivant à vos amis américaiins :"BMB OK, ALLAH E GRND"...

L’IAO est un des deux nouveaux bébés de l’Agence DARPA qui dépend du Pentagone -­ Defence Advanced Research Projects Agency (son vénérable ancètre ARPA, fut à l’origine du réseau Internet). L’autre bébé s’appelle "The Information Exploitation Office". Sa mission est celle de surveiller les communications des pays étrangers et de fournir des analyses en temps réel.

Cela va bien plus loin que le simple réseau Echelon, l’IEO s’appuie également sur le réseau de senseurs automatiques et de drones d’observation qui ont si bien fait leurs preuves en Afgahnistan. Poindexter a été très clair. A partir de maintenant, à l’aide des informations compilées par l’IEO et de son réseau de robots de surveillance mais aussi d’attaque, l’Amérique pourra lancer des attaques surprise ciblées sur des individus ou des positions ennemies, sans devoir se deployer au sol.

IOA et IEO sont les principaux bénéficiaires des 48 milliards de dollar que Geroge Bush a alloué à la lutte contre "l’Axe du Mal". Il s’agit d’effacer la mauvaise impression du 11 septembre, plus jamais on ne pourra dire que les agences de renseignement ont failli à leur tache ou bien qu’elles se sont laissées détourner de leur mission par le respect de la vie privée et des droits constitutionels des citoyens américains.

Ca tombe bien, Poindexter est non seulement incroyablement intelligent mais en plus il s’embarasse rarement de scrupules. Sorti premier de son rang de l’académie navale en 1958 il a fait un Doctorat en Physique au célèbre ’California Institute of Technology’ - la mècque des chercheurs en armement. A son retour dans l’armée on l’appelait "le marin les plus diplomé de l’Amérique". Ce n’est pas un stratège de bureau, Poindexter a commandé des croiseurs lance-missile. Aux cours des 40 dernières années il a accroché un certain nombre de médailles à coté de ses diplomes. Tom Clancy s’est directement inspiré de lui pour créer le personnage central de tous ses romans, Jack Ryan.

After the assassination attempt on President Reagan in 1981, Poindexter was called in to review White House security. Reagan was impressed and appointed him a national security adviser, in 1983, with the rank of vice-admiral.

At this point, things started to go wrong. He and Oliver North were found to be up to their necks in the Iran-Contra (guns for hostages) scam, which blew up in 1986. Poindexter was charged and found guilty of conspiracy, obstruction of justice, and the destruction of evidence in 1990 ; this was overturned on appeal the following year. The case against them was that they meticulously wiped out 5,000 incriminating emails - but forgot about the back-up tapes. Even smart guys goof sometimes.

Poindexter was also accused by a Costa Rican government commission of being involved in cocaine trafficking to raise funds for the contras, though this was never proved (you can find details in the Guardian, July 22 1989).

His excuse for his behaviour was brazen : "I made a very deliberate decision not to tell the president so that I could insulate him from the decision and provide some future deniability for the president if it ever leaked out." In other words, he gave himself the right to run America’s foreign policy behind the back of the commander in chief. Who the hell voted for John M Poindexter ?

Both North and Poindexter have gone on to do well. North has a radio chat programme that rivals Rush Limbaugh in rightwing virulence. Poindexter was recruited by Syntek Technologies, a firm in bed with Darpa. His hand was back in the hi-tech cookie jar. As a company vice-president, Poindexter helped develop Genoa - an "intelligence mining, information harvesting" system designed to explore (clandestinely) large computer databases. Listen in on America’s electronic conversations, that is.

Poindexter is, once again, one of the most powerful men in America. His job description is "crisis manager". How do you put a man with Poindexter’s record back in the manager’s box ? Well, a spurious crisis would be convenient. Now do you understand what was going on last Wednesday - or must I spell it out for you ?

traduction : Grégoire