bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/270713502X/171-9582237-4533057 le 10 mai 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Bavures policières ? La force publique et ses usages
Dixit : Dans cet ouvrage, Fabien Jobard prend la question à bras le corps, et étudie dans le détail les violences policières qualifiées d’"illégitimes", survenues dans la France contemporaine. Cette analyse se porte à la racine du phénomène, en interrogeant d’abord la fiabilité des récits de ceux qui se disent victimes de la violence : l’auteur examine la crédibilité de "faits"qui, parfois, deviennent "affaires", mais plus souvent ne laissent pas plus de traces que celles portées par le souvenir individuel, lorsqu’ils ne sont pas, tout simplement le fruit de l’imagination.

Bavures policières ? La force publique et ses usages de Fabien JOBARD

" Bavures " : le terme ne semble avoir de place que dans la rubrique des faits divers. Il offre prise à des dénonciations de la police qui perdent souvent de vue les véritables enjeux de l¹usage de la force publique. Car ce sont bien les modes contemporains de gouvernement qui sont en jeu lorsqu¹il est question de l¹emploi de la force par la police : que devient l¹État moderne, lorsque la force physique est employée par ses agents ?

Fabien Jobard prend la question à bras le corps et étudie dans le détail les violences policières qualifiées d¹" illégitimes ", survenues dans la France contemporaine. Son analyse se porte à la racine du phénomène, en interrogeant d¹abord la fiabilité des récits de ceux qui se disent victimes de violence : l¹auteur examine ce qui fait la crédibilité de " faits " qui, parfois, deviennent des " affaires ", mais plus souvent ne laissent pas plus de traces que celles du souvenir individuel, voire d¹une imagination trompeuse.

L¹auteur nous met ainsi en mesure de comprendre les logiques des violences policières elles-mêmes. Sans traquer les responsabilités individuelles de policiers déviants ni, au contraire, lire dans chaque fait violent l¹aveu d¹une nature systématiquement répressive de l¹État, l¹auteur éclaire les raisons de ces violences. À égale distance du soupçon et du déni, il restitue tout ce qui les rend possibles et contribue ainsi à l¹élaboration d¹une théorie de la force publique.

Editions la découverte Série " politique et sociétés " Dirigée par Loïc Blondiaux et Yves Sintomer

296 pages 23 euros