bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à http://cyberie.qc.ca/chronik/20020521.html#b le 22 mai 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Après la bulle Internet, la bulle défense ?
Dixit : En 2003 seulement, c’est plus de cinq milliards de dollars qui seront consacrés aux mesures de sécurité anti-terroristes. L’administration Bush demande au Congrès des crédits de l’ordre de 380 milliards pour le prochain exercice financier, en hausse de 48 milliards par rapport à l’exercice précédent.

Les Chroniques de Cybérie du 21 mai 2002
ACCUEIL | ARCHIVES | RECHERCHE S'ABONNER | NOUS ÉCRIRE
Page daccueil Les Chroniques de Cybérie
Le mardi 21 mai 2002

  Après la bulle Internet, la bulle défense?
Le phénomène de la bulle boursière Internet est bien connu.  Investissements massifs durant quelques années car il fallait à n'importe quel prix (c'est le cas de le dire) se positionner dans un marché prometteur.  Beaucoup d'appelés, peu d'élus, l'éclatement de la bulle Internet a coûté très cher aux petits porteurs d'actions et aux salariés.  La leçon serait-elle oubliée avec la bulle «défense/surveillance» gonflée avec soin depuis les événements du 11 septembre?

On sait que le Sénat des États-Unis étudie un projet de loi affectant des crédits de 970 millions de dollars sur cinq ans à la recherche et au développement en matière de sécurité des infrastructures réseau (Washtech).  En 2003 seulement, c'est plus de cinq milliards de dollars qui seront consacrés aux mesures de sécurité anti-terroristes (Wired).  L'administration Bush demande au Congrès des crédits de l'ordre de 380 milliards pour le prochain exercice financier, en hausse de 48 milliards par rapport à l'exercice précédent (Washington Post).

La chroniqueure à l'économie du Washington Post, Renae Merle, analyse les effets de ces projections de dépenses dans les secteurs de la surveillance et du matériel militaire qui, on le sait, carbure à la haute technologie.  Quatre importants fournisseurs ont récemment procédé à un lancement de titre en bourse, quatre autres ont obtenu l'autorisation de vendre leurs actions au public, bon nombre envisagent de faire de même.  De l'avis des observateurs, on n'a pas constaté une telle activité dans ce secteur depuis vingt ans.

Mais les analystes boursiers hésitent à recommander ces nouveaux titres technologiques en raison des particularités inhérentes aux contrats défense.  D'une part, il est moins que certain que les augmentations de crédits soient aussi élevées que le demande l'administration Bush, et il est peu probable que l'on voie huit années successives d'augmentation de ces budgets comme sous l'administration Reagan.  D'autre part, si la bulle boursière Internet était gonflée à l'optimisme, la bulle défense serait plutôt tributaire de la politique et, à cet égard, les analystes rappellent que des contrats mirobolants peuvent être annulés avec peu ou pas de préavis.  Dans de tels cas, il existe des processus de dédommagement, mais l'annulation d'un contrat a pour effet de porter un dur coup au fournisseur.

On s'attend néanmoins à ce que les placements initiaux de titres (Initial public offering - IPO) qui sont en cours recueilleront près d'un milliard de dollars.  Au milieu des années quatre-vingt, un lancement de titre défense moyen concernait une entreprise qui avait des revenus d'environ 90 millions de dollars et qui allait chercher en argent frais quelque 15 millions de dollars.  Plus récemment, il s'agit d'entreprises dont les revenus oscillent autour de 375 millions de dollars, et qui iront chercher 150 millions par la vente d'actions au public.

Ligne horizontale
ACCUEIL | ARCHIVES | RECHERCHE S'ABONNER | NOUS ÉCRIRE
Ligne horizontale
© Les Éditions Cybérie inc. | Revue de presse | Publicité
URL : http://www.cyberie.qc.ca/chronik/20020521.html