bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à http://hns.samizdat.net/article.php3?id_article=1116 le 22 mai 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Campement international du réseau No Border
Dixit : Actuellement, la liberté de mouvement et d’installation est ou non accordée selon des critères discriminatoires. S’appuyant sur des lois racistes et la passivité entretenue de la population, il se construit actuellement tout autour de l’Europe des murs de la honte avec camps, armada technologique et omniprésence militaire.

Campement international du réseau No Border
STRASBOURG, DU 19 AU 28 JUILLET 2002

Ni frontières, ni nations, autogestion !

Pour la liberté de mouvement et d’installation, et la solidarité entre les peuples.

Ni frontières, ni nations

Actuellement, la liberté de mouvement et d’installation est ou non accordée selon des critères discriminatoires. S’appuyant sur des lois racistes et la passivité entretenue de la population, il se construit actuellement tout autour de l’Europe des murs de la honte avec camps, armada technologique et omniprésence militaire. Des milliers de personnes sont mortes ces dernières années en essayant d’entrer dans la Forteresse, ou en s’en faisant brutalement expulser. Les politiques migratoires européennes créent aussi une classe sociale dont elle profite abondamment : les sans-papierEs. Sans droits et vivant dans une peur constante, illes sont une réserve de main d’oeuvre exploitable à merci (textile, ménage, BTP, restauration, travail sexuel). Ainsi, de nombreuses entreprises peuvent ’délocaliser sur place’, les gouvernements gardant la possibilité d’expulser au besoin.

Toute personne devrait être libre de circuler et de s’installer où bon lui semble. Les menaces ’d’invasion’ ne sont à l’heure actuelle que des fantasmes xénophobes entretenus par les pouvoirs politiques. L’idée selon laquelle ’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde’ est un lieu commun qui cache le refus de questionner les origines d’une certaine profusion de biens matériels en occident. L’émigration est principalement une conséquence du capitalisme mondialisé, de l’exploitation économique, de la répression politique, de la destruction des ressources naturelles et des guerres générées partout sur la planète. Il faut remettre en cause ce système global d’exploitation qui, piétinant la vie de la majorité de la population mondiale, incite un nombre croissant de personnes à espérer se réfugier dans les quelques pays qui pillent les autres et accumulent toutes les richesses. Il faut en finir avec ce système économique et politique néo-colonialiste, et garantir l’autonomie et l’autodétermination des peuples.

Ni contrôle social !

La Forteresse Europe vise à construire une Entreprise Europe où règnerait un niveau de surveillance et de contrôle maximum, défini en vue d’une rentabilisation optimale du travail humain et des rapports sociaux. Pour y parvenir, le capitalisme tente actuellement de multiplier ses appareils répressifs, et c’est à travers les structures étatiques qu’il y parvient. Au niveau mondial, c’est le renforcement des régimes forts dans les pays pauvres, l’extension illimitée des pouvoirs de police, ainsi que le vote de législations d’exception en occident, la création d’un mandat d’arrêt européen ou, en france, les Lois sur la Sécurité Quotidienne votées en novembre pour accompagner le plan vigipirate, sous couvert de lutte antiterroriste. Celles-ci visent à étendre la notion de terrorisme à toute forme de contestation réelle du système en place : elles s’appliquent à diverses formes de désobéissance civile, d’action directe et d’action syndicale. Le fait que les actes commis visent à une transformation radicale de la société en fait des actes terroristes. Ceci permet aussi de punir des personnes ayant eu l’intention de commettre un délit.

Le tout vient compléter l’arsenal de mise au pas mis en place ces dernières années : PARE, interconnexion des fichiers sociaux, lois sur les étrangerEs, ghettoïsation des populations pauvres. Le système étatique et capitaliste se retrouve engagé dans une fuite en avant vers un ordre social totalitaire, qui se prétend inéluctable. Pour faire accepter ces mesures, le pouvoir développe une paranoïa sécuritaire. La ’sécurité’ dont on nous parle implique-t-elle le fait de ne pas se faire exploiter, licencier, affamer, blesser au travail, agresser par la police, de ne pas vivre à la merci de l’explosion d’une quelconque usine ou des expérimentations de l’industrie agro-chimique ? Le système actuel protège avant tout la propriété privée, les biens matériels et les classes dominantes. Un tel système fondé sur la possession, la consommation, la domination de ses prochainEs, l’accumulation inégale des richesses implique forcément frustrations, haine d’autrui, autoritarisme, usage de la force et catastrophes écologiques en tout genre.

Le Campement :

Il est temps de rompre avec le fatalisme et de reprendre l’initiative, de travailler à de nouvelles formes de résistance et de coordination. Pour ne pas rester dans une logique réactive, confrontationnelle, déterminons nous-même nos propres lieux et temps de présence, d’action et de communication, mettons en commun nos forces, relions les perspectives émancipatrices dans la diversité des pratiques et expériences locales. La revendication de ’liberté de mouvement et d’installation’ s’insère dans la construction positive d’une autre société mondiale. Il nous faut expérimenter des rapports sociaux égalitaires et non-marchands fondés sur l’autonomie, l’entraide et la solidarité.

Le réseau No border lance donc l’initiative d’un campement contre les frontières du 19 au 28 juillet 2001 à Strasbourg. Strasbourg abrite en effet diverses institutions européennes, ainsi que le SIS, noyau du système de contrôle centralisé. Fonction des volontés de chacunE, les thèmes du campement seront diversifiés : LSQ, double peine, justice coloniale, violences policières, Organisation Internationale pour les Migrations, patriarcat, prisons, racisme, travail et migrations, contrôle du territoire... Le campement permettra une diversité d’actions (manifestations publiques, médias indépendants, théâtre et fête de rue, actions en banlieues, forums, occupations, témoignages, radios pirates, luttes pour une informatique libre et ouverte, ...) dans une perspective de complémentarité, d’échanges sur nos pratiques et d’expérimentation sur nos modes d’organisation. A chacunE de tenter d’être autonome dans ses actions, mais aussi de voir s’ille peut, par ses compétences, matériels ou contacts contribuer aux projets et actions des autres. Il est également possible de relayer l’événement (diffusion d’info avant et pendant, contributions matérielles, actions à distance...), ou de s’intégrer en partie à certaines initiatives. Ce laboratoire de résistance créative sera aussi l’occasion de quantité de discussions internationales, d’ateliers, de partages d’expériences, de prises de contacts avec différents collectifs autonomes, et de construction de lien avec la population locale, avec le quartier. Cette tranche de vie collective sera une esquisse de ce à quoi nous aspirons. Le système capitaliste divise, nous nous voulons uniEs dans un monde sans frontières !


Le Système d’Information Schengen (SIS) :
C’est un système de surveillance unifié qui vise à renforcer le contrôle sur la totalité de l’espace Schengen. Basé à Strasbourg, son fichier contient déjà des millions de signalements. Il vise en particulier les immigréEs, avec ou sans permis de séjour, et vise désormais également les acteurs/trices politiques (les personnes suspectées de prendre part à des manifestations de contestation sont placées sous surveillance ou empêchées ponctuellement de circuler). Le SIS permet une prolifération des frontières puisqu’il peut être consulté instantanément à partir de chaque poste de police en Europe et être le point de départ potentiel d’une mesure d’arrestation ou d’expulsion.


L’office des migrations internationales (OMI) :
Il s’agit d’une agence transnationale de gestion des migrations, travaillant avec les états et les organisations internationales. Basée à Genève, elle dispose d’agences partout dans le monde. Elle est autonome des institutions internationales et se moque du droit international. Seuls les états membres et les sponsors contrôlent ses activités.

Créé en 1952, elle a connu une activité croissante. Sous prétexte de stabiliser certaines régions, l’OMI a contribué activement au regroupement ethnique d’un pays à l’autre et ainsi à l’uniformisation ethnique ou religieuse d’un certain nombre d’états. L’OMI agit en tant que prestataire de services auprès d’états clients en matière de gestion et contrôle des migrations (études, aides au rapatriement, influence sur les politiques de migrations, recrutement de main d’oeuvre, campagnes pour démotiver les émigrantEs et justifier la limitation des migrations...).


Le No Border Network :
Le réseau No Border n’est pas une organisation mais fonctionne plutôt comme un espace de coordination d’un ensemble d’initiatives autonomes et décentralisées. Il fait entre autres campagne contre les compagnies aériennes qui expulsent, et organise depuis quelques années des campements aux frontières extérieures et intérieures.


Contacts de groupes impliqués : (outre le réseau No Pasaran, appartenant au No Border depuis des années)

noborder au syndicat potentiel / 13 rue des couples / 67 000 strasbourg / 0388370872 / noborder-strasbourg@fr.st

collectif anti-expulsions d’île de france / 21 ter rue voltaire / 75011 paris / 01 53 79 12 21 / caeparis@free.fr

espace autogéré des tanneries / 17 bvd de chicago / 21 000 dijon / 03 80 66 64 81 / tanneries@free.fr

l’ekluserie / 138 bvd magineot / 35 000 rennes / 02 99 38 05 75 / ekluserie@resiste.net

le gourbi / 72 avenue thiers / 69 006 lyon / 04 37 24 34 47 / if...@voila.fr

Des ressources à :www.noborder.org/strasbourg

Texte d’appel de Strasbourg

Il y a pire que le racisme en France, il y a l’Europe de Schengen

De droite comme de gauche la construction de la forteresse européenne a progressé ces dernières années à un rythme soutenu. Barbelé après barbelé, les murs européens se renforcent, les camps s’agrandissent, les polices et les douanes se spécialisent. Annoncé comme "une avancée humaine", l’abolition des frontières intérieures de l’Europe de Schengen a intensifié les présences policières et militaires aussi bien sur les frontières de cette Europe (frontières germano-polonaise, espano-marocaine...) qu’à l’intérieur même de cette espace (renforcement des présences policières, caméra de surveillance, plan vigipirate...). Cette politique s’appuie sur trois principes : réguler les flux migratoires selon les besoins des différents patronats afin de maintenir la présence d’une main d’oeuvre pas chère en Europe, maintenir un rapport coloniale qui institue "un seuil de tolérance" et surtout criminaliser les individus qui tente de passer ces frontières ainsi que celles et ceux qui conteste cet ordre du monde.

La construction du bunker du Système d’Information Schengen (SIS) à Strasbourg-Neuhof ne peut que choquer celles et ceux qui refusent les politiques racistes bäties sur le fumier des discours sécuritaires qui lient jeunes (entendre "jeunes issus de l’immigration"), banlieues (entendre "zones de misères permanentes et officielle") et immigration (entendre non-européen de l’ouest). Ce fichier utilise les nouvelles technologies de contrôle (caméra à reconnaissance familiale, fichage des demande de visa, fichage des mouvements des personnes, fichages de l’ensembles des contrôles de police....). La loi de sécurité quotidienne (LSQ) préparé par la bande à Jospin va de le sens de cette "harmonisation européenne". Elle interdit aux habitantes et habitants de se réunir dans les halls des immeubles des quartiers populaire, elle permet de condamner à la prison des non-détenteurs de titres de transports dans les bus et les trains, elle permet officiellement de contrôler les e-mails des personnes suspects... Cette vague de criminalisation de tous les pauvres et donc y compris des immigré-e-s est un combat que nous souhaitons mené avant et durant le camp Noborder qui se tiendra du 19 au 28 juillet 2002.

Le réseau Noborder regroupe depuis 1998, des associations, groupes et collectifs de toute l’Europe qui refusent et se battent contre les expulsions, les régime d’Apartheid qui touchent les immigré-e-s (que se soit le resistancelicht en Allemagne qui interdit à un-e sans -papier de sortir de la ville, de jouir des après-midi de printemps, d’aller voir celles et ceux pour qui leur coeur les pousse, que ce soit aussi la Double Peine (prison + expulsion) en France, qui pour un même délit, condamnera en plus, un-e étranger-e, de l’être, en l’expulsant).

La libre circulation est une aspiration légitime de qui que se soit, provenant de n’importe quel continent. Et ce n’est pas Le Pen qui a le monopole de ses discours. Aujourd’hui, les medias Français semblent scandalisés de la proposition du Front National d’ouvrir des camps pour les sans-papiers, tout en oubliant que ces camps existent déjà, ce sont les camps de rétentions ou les camps de transit comme celui de Sangatte où s’entasse dans des conditions insupportables pendant des mois (des années ?) des demandeurs d’asiles qui ne sont considérés finalement que comme du bétail. La gauche avait promis, entre autre, la régularisations des Sans Papiers, elle ne l’a pas fait. Nous sommes inquiets sur la carte blanche dont bénéficiera Chirac après sa réelection le 5 mai. Le front républicain ne remettra pas en cause la literie des fonds de commerce xénophobe, et la construction d’un monde basé sur le profit, les rapports coloniaux, le sexisme, la destruction de notre environnement, les guerres...

Faisons des espaces qui s’organisent avant et pendant le camp Noborder, un refus de ce monde de barrière et de frontières. Construisons un front de rupture à cette logique qui regroupe les différentes moyens d’expressions que chacune et chacun ont. Faisons au lieu de ne rien faire !

Collectif NoBorder Strasbourg

Strasbourg le 1er mai 2002

Collectif NoBorder Strasbourg

Collectif NoBorder

Collectif NoBorder
13 rue des couples
67000 Strasbourg