bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à http://www.manosolo.com/editos/mai02/2605-02.html le 27 mai 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Coup de gueule contre la politique du mur
Dixit : Dammarie les Lys, un type de 28 ans sans casque se tue sur son scooter, poursuivi par la police. Pourquoi tant d’acharnement à fuir, pour un si petit délit ? Ce n’est pas la police qui poursuivait le jeune homme mais tout une histoire, tout un système.

SARKOFLASH

EDITO26 MAI DE LA MARCHE 02

FAIT DIVERS
Dammarie les Lys, un type de 28 ans sans casque se tue sur son scooter, poursuivi par la police.
Pourquoi tant d’acharnement à fuir, pour un si petit délit ? Ce n’est pas la police qui poursuivait le jeune homme mais tout une histoire, tout un système.
Le jeune homme en question ne fuyait pas l’amende pour le casque, il fuyait l’engrenage, l’engrenage qui quelque temps plus tôt l’avait condamné à sept mois fermes pour « usage, détention, et transport de cannabis ».
Sept mois fermes pour quelques pétards….
Dans ses poches on retrouvera quelques barrettes. Alors Mohamed est mort, coupable d’être un tout petit dealer de quartier. Coupable d’avoir eut peur de replonger, coupable de déjà connaître le traitement policier qui l’attendait, coupable de vouloir rester libre, coupable de n’être qu’un minuscule relais entre le trafic international et les cinq millions de consommateurs de cannabis en France.
Et on en restera là. Notre nouveau ministre de « la securité intérieure » se promet de régler le problème a grand coups de Flash-Ball. Sarkosi ne s’embarrasse pas de questions futiles. La police doit-elle entamer un rodéo avec un cyclomoteur sur deux km, mettant en danger son conducteur et tous ceux pouvant se trouver sur son chemin, juste pour un défaut de port du casque ? Alors que quelque temps plus tôt, venant du même quartier un jeune de 16 ans fut tué par balles pour délit de fuite, après avoir été poursuivit sur 16 km, ce qui avait déclenché des émeutes et le départ du commissaire de ville…
Mais Sarkosi tiens la solution, depuis vendredi « d’important renforts ont été placés en alerte autour de la cité ».
La politique du mur. Un mur de Berlin, invisible mais bien réel. Le ciment du mur ? La pénalisation de l’usage et la possession de drogue. Grace à ça la police justifie à chaque instant toute action, tout contrôle permanent d’une population, marginalisée à dessein.
La politique du mur en matière de drogue a bien plus d’impacts négatifs sur la société que n’en aurait un usage libre et responsable. Elle engorge les tribunaux, détourne le travail de la police, et surpeuple les prisons d’adolescents qui font là leur apprentissage d’un vice dont ils étaient démunis en arrivant. Elle encourage l’établissement d’une économie parallèle tout en inculquant une notion dévoyée du bien fondé des lois, ces lois d’un autre âge, amalgame obsolète, qui vont jusqu’à inclure en elles-même une sous-information officialisée, puisque rien que de réclamer la dépénalisation peut être repréhendé comme « incitation ».
La loi de 71 est un des premiers facteurs d’insécurité du pays, entretenue par tous les gouvernements successifs, elle permet une fluctuation sur commande des chiffres de statistiques de la délinquance. Ces chiffres peuvent ainsi à loisir cautionner moult décrets et lois sécuritaire (comme dernièrement nous avons perdu la garantie républicaine qui consistait à réclamer la parole d’un deuxième policier pour corroborer celle du premier…), ou faire écran comme depuis des décennies, devant le débat politique en période électorale.
Voilà pourquoi Mohamed, 28 ans, est mort sur son scooter.
Voilà pourquoi je préférerais toujours un Noel Mamere qu’un Sarkosi muni de Flash-Ball.
Voilà pourquoi je ne me laisserai pas abuser par notre bon vieux Rafarin, qui regarde la France par-dessus ses lunettes et nous parle de terrain. Le terrain toujours le même, celui qui frappe avant de réfléchir, celui qui perpétue et renforce ce qui est chaque jour prouvé néfaste pour tous.
Alors Sarkosi se propose de durcir la guerre interne, Rafarin surine le peuple sur la nouvelle insécurité à la mode, la cohabitation. Cette cohabitation que bien sur ils ferait tout pour pourrir si elle avait lieu. Ce que nous dit Rafarin c’est « votez pour nous, sinon on empêchera la gauche de travailler pour le pays » . Beau programme en vérité. Bel élan citoyen après que la France l’espace d’un dimanche ait eu le courage de dépasser bien des clivages pour massivement avoir envie de sauver l’honneur de la patrie des droits de l’homme. On est bien loin effectivement du Gaullisme dont les gens de droite se débarrassent de plus en plus, car le personnage, du haut de son sens de l’honneur, gêne aux entournures la grande coalition des mesquins sans classe qui vient de naître. Rafafarin n’est qu’un maître chanteur, la peur d’un immobilisme dû à une cohabitation qu’il agite à tous vent, n’est que l’aveu d’une attitude de la droite entière, bien plus axée sur le pouvoir que sur son exercice utile pour la société. Chirac aurait-il appelé à voter Jospin si le scénario l’avait éjecté du deuxième tour ? Sarkosi aurait-il clairement pris parti et appelé à voter à gauche pour sauver la démocratie ? C’est loin d’être évident, non ?
Ne nous laissons pas piéger, la gauche a pris ses responsabilités entre les deux tours, la droite se devra de prendre les siennes après le retour de la gauche aux législatives. Je ne veux pas de Sarkosi-flash-ball pendant cinq ans, je ne veux pas de Rafarin-la-menace comme ouverture idéologique. Ma position pour les législatives est tres claire, tous aux urnes et à gauche toute !

MANO