bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 6 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Spywares, ces logiciels qui vous espionnent
Dixit : 01Net

Il suffit parfois d’installer un logiciel gratuit pour qu’un programme espion, ou spyware , se glisse furtivement dans votre ordinateur. Son but ? Observer votre comportement sur le Web pour alimenter des bases de données commerciales.

« Plus de 800 logiciels, freewares ou sharewares, aujourd’hui disponibles sur le Net recèlent un composant qui espionne les internautes. C’est un phénomène inquiétant et en pleine expansion : en l’espace d’un an, leur nombre a doublé ! », fait remarquer Serge Piasek, PDG de CheckFlow, éditeur spécialisé dans les logiciels de protection contre les mouchards.

Généralement le spyware commence par récupérer les informations que l’utilisateur fournit de plein gré, lors de l’installation du programme. Par exemple son âge, son sexe, sa situation familiale, géographique ou professionnelle. Mais le logiciel espion ne s’arrête pas là, et s’intéresse ensuite à ses comportements d’internaute.

Ainsi, Mindset, une société américaine de marketing en ligne, a inséré un module dans iMesh qui lui permet de récupérer toutes les adresses des sites Web visités par l’internaute et les informations de tous les formulaires qu’il remplit.

Une procédure dénuée de tout filtrage puisque, de l’avis même de Mindset, le module espion peut enregistrer accidentellement des informations personnelles comme le nom de famille de l’internaute, son numéro de carte bancaire ou son adresse électronique.

Autant de données que la société de marketing se défend bien sûr d’utiliser ou de revendre, à l’instar de la majorité des créateurs de spywares, qui assurent ne pas exploiter de fichiers nominatifs. Quoi qu’il en soit, le logiciel prolonge souvent son intrusion en récupérant également des informations techniques, comme l’espace libre sur votre disque dur, votre configuration (carte graphique, scanner), votre version de Windows, voire l’adresse Internet (adresse IP) qui identifie votre ordinateur sur le réseau.

Une opération qu’il effectue généralement en toute légalité. En effet, les contrats d’utilisation de ces logiciels contiennent presque toujours quelques phrases qui stipulent que des données vous concernant vont être transmises par Internet. Il est vrai que ces phrases sont généralement noyées dans plusieurs pages de texte, écrites en anglais et s’affichant dans une fenêtre de dimensions réduites.

Petit conseil : avant de lancer l’installation d’un programme gratuit, ayez la curiosité d’en consulter les clauses contractuelles. Vous pouvez éventuellement les copier-coller dans Word pour une lecture plus confortable. C’est parfois très instructif !

Voici une liste non exhaustive des logiciels qui abritent un ou plusieurs spywares, selon le site Tom-Cat. L’un de vos logiciels y figure peut-être !

Abe’s MP3 Finder 4, Absolut Telnet, Access Diver, Add Remove Plus !, Admiral VirusScanner, AudioGalaxy, Anchornet, Babylon, BearShare, Bonzi Buddy, BuddyPhone, Cash 2000, CDMaster, Challenge Pool, ClockSaver, Crystal FTP 2000, CuteFTP, CuteMX, Dialer 2000, DNScape, DownloadMinder, EasySplitter, Emmasoft ChatCat, EuroConverter 2, FileSeeker, FileSender, Free MP3, Free Solitaire 3.0, FTP Editor 1.7, Gator, GetRight, Go !Zilla, Grokster, HTML Translator, Imesh, Internetrix, Kazaa, LimeWire, MailAlert, MP3 Fiend, MP3 Renamer, MP3 Downloader, NeatFTP, NeoPlanet, Net2Phone, NetBus Pro 2.1, NetSonic Pro, NetZip, Pc-to-Phone, Photocopier 2.0, PingMaster, Planet MP3 Find, ProxyChecker, QuoteWatch, Reget, Ringsurf, SimpleFind, SpamBuster, Static FTP, Surfsaver, Sweepswinner, BeriMP3, Virtual Friend, Visual Cyberadio, WebCopier, Win a Lotto, WinEdit 2000, et Zip Express 2000.