bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à http://www.liberation.fr/page.php?Article=31002 le 2 juin 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Opération hackers ouverts
Dixit : Abusivement assimilé à un acte de malveillance, voire à du cyberterrorisme, le hacking a mauvaise presse. Alors que le terme hacker désigne à l’origine un as de la programmation, il est couramment associé à un pirate sans foi ni loi, commettant des attaques destructrices sur le réseau.

Opération hackers ouverts
Par Marie LECHNER
vendredi 31 mai 2002

Abusivement assimilé à un acte de malveillance, voire à du cyberterrorisme, le hacking a mauvaise presse. Alors que le terme hacker désigne à l’origine un as de la programmation, il est couramment associé à un pirate sans foi ni loi, commettant des attaques destructrices sur le réseau.

Surveillance. Open_Source_Art_Hack, une exposition qui se tient jusqu’au 30 juin au New Museum of contemporary Art de New York, tente de renverser cette image en montrant que le hacking, en explorant et en subvertissant les technologies, peut être une forme créative d’art. L’obsession sécuritaire et la problématique de la surveillance sont au coeur de plusieurs projets. Josh On de Futurefarmers propose une version anti-impérialiste des jeux vidéo avec son Anti-wargame. Le joueur doit mener une guerre contre le terrorisme. Une mission difficile, puisque dans la vraie vie, les soldats désertent, les civils protestent et la popularité du Président sombre. Trace Noizer de Lan génère de fausses pages perso et les dissémine sur le réseau pour brouiller l’identité de l’internaute. Surveillance Camera Players fait des performances devant les caméras de vidéosurveillance, RSG détourne le logiciel d’espionnage du FBI, « Carnivore », très critiqué pour son atteinte à la vie privée. Il espionne les e-mails, les pages Web et met le flux d’informations à disposition des créateurs qui interprètent visuellement ces données.

Parmi ces oeuvres d’activistes plus que de hackers, le seul projet qui navigue en eaux troubles, du moins légalement, est l’installation Minds of Concern des artistes suisses Knowbotic Research. Le coeur de l’installation comporte un logiciel qui scanne les ports d’entrée d’un réseau pour détecter ses failles. Un procédé utilisé par les administrateurs réseau et les experts en sécurité mais aussi par les hackers. Les visiteurs pouvaient activer le scanner qui auscultait les réseaux voisins et affichait la liste des ports vulnérables et les moyens d’y pénétrer. Cible de cette opération : les ports des organisations qui ont protesté en février contre le forum économique mondial.

Antimondialisation. En choisissant de fouiner dans les ordinateurs des groupes antimondialisation plutôt que des grosses multinationales, les artistes voulaient les rendre attentifs sur les risques qu’ils encourraient de perdre des données très sensibles. La réaction ne s’est pas faite attendre. Suite à la plainte de l’un des sites scannés, le fournisseur d’accès du New Museum a fait savoir au musée qu’une telle pratique enfreignait ses règles. Au lieu de profiter de l’occasion pour susciter un réel débat sur la question du public et du privé dans le cyberespace, le musée a préféré désactiver le logiciel. « Due à la paranoïa omniprésente, et la menace de poursuites judiciaires, les commissaires nous ont fait comprendre qu’en tant qu’artistes nous sommes 100 % seuls en cas de litige », déplore Knowbotic Research sur son site.

unitedwehacket netart.