bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 6 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Les Allemands sauvent Galileo
Dixit : Silicon

Grâce au feu vert du gouvernement allemand, le projet Galileo peut espérer aboutir. Ce projet, prévu pour 2008, devrait permettre à un nombre quasi illimité d’utilisateurs de se localiser précisément et instantanément.

De nombreuses applications sont prévues, notamment la sécurité ferroviaire et maritime et l’orientation des automobiles et des navires. Pour être mené à bien, le projet exigera le lancement d’une trentaine de satellites. Son coût devrait s’établir à 3,4 milliards d’euros, financés par des opérateurs privés.

Nous n’en sommes pas encore là mais l’accord du gouvernement allemand constitue une victoire. En effet, de nombreux pays européens sont contre ce projet : le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Autriche, la Suède et le Danemark. C’est aussi et surtout une victoire contre les Etats-Unis, qui voient d’un mauvais oeil l’arrivée de ce projet concurrent à leur célèbre GPS (Global Positioning System).

Les Etats-Unis auront tout tenté afin de faire renoncer les Européens. Ils ont notamment fait valoir que leur système était gratuit et souligné que Galileo risquait de chevaucher les fréquences de la version militaire du GPS. Des pressions qui ont ému le président français Jacques Chirac qui avait alors dénoncé un risque de "vassalisation" de l’Europe.