bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 6 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Confessions d’un voleur - le livre
Dixit : L’Humanité, Confessions d’un voleur.

Laurent Chemla, informaticien fondateur de Gandi, entreprise de gestion de domaine.

" Ayant découvert Internet très tôt, j’en avais marre des discours sécuritaires et idéologiques émanant des politiques et de sociologues sur un outil qu’ils ne connaissaient pas. Je pensais qu’on en avait fini avec les clichés du genre "Internet zone de non-droit". Eh bien non ! Depuis le 11 septembre, avec la loi sur la sécurité quotidienne, la loi sur la société de l’information et ce que nous prépare la Commission européenne, j’ai vraiment l’impression que nous sommes revenus en 1847 : "Vous vous rendez compte ? ! Le suffrage universel ? ! Mais les gens ne sont pas formés ! Ils vont voter n’importe comment..." On cherche à contrôler un outil qui permet enfin à tout un chacun de s’exprimer, d’être entendu dans l’espace public. Une nouvelle opportunité qui fait peur aux politiques qui avaient jusque-là le monopole de l’expression publique. Mais plutôt que de former les gens à se réapproprier cet outil, on préfère fliquer, contrôler, empêcher cette expression citoyenne. "

Confessions d’un voleur. Internet : la liberté confisquée, de Laurent Chemla, Editions Denoël, 2002, 246 pages, 19 euros.

Il ressort du contrat avec les Éditions Denoël que ce livre est en accès libre et gratuit. Toutefois si vous pouvez le consulter ici, fournir librement l’URL de ce site à qui vous voulez, le copier chez vous pour un usage privé, voir l’imprimer pour le lire plus à l’aise, vous n’avez pas le droit d’en donner copie à qui que ce soit (ni d’en vendre évidemment) sans l’accord de Denoël.