bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à http://www.01net.com/printerArticle/0,5112,3375+186821,00.html le 14 juin 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Le Royaume-Uni veut « administrer » la vie privée des internautes
Dixit : Les autorités anglaises s’apprêtent à augmenter considérablement le nombre d’administrations centrales et locales habilitées à contrôler la correspondance et la navigation des internautes.

Le Royaume-Uni veut « administrer » la vie privée des internautes
Par Philippe Crouzillacq, 01net.
Le 13/06/2002.

http://www.01net.com/rdn ?oid=186821

Les autorités anglaises s’apprêtent à augmenter considérablement le nombre d’administrations centrales et locales habilitées à contrôler la correspondance et la navigation des internautes.

Le gouvernement anglais souhaite élargir le spectre des administrations habilitées à contrôler le courrier électronique et les données des connexions des internautes. Cette mesure, qui n’est encore qu’un projet d’ordonnance, pourrait être effective dès le mois d’août prochain, selon le ministère britannique de l’Intérieur (Home Office). Le texte sera examiné par les parlementaires dès mardi prochain.

Aujourd’hui, conformément au RIP (Regulation of Investigatory Powers Act), voté en 2000, les motifs de surveillance des internautes sont cantonnés à la défense de la sécurité nationale, de la sécurité publique, à la protection de la santé publique et à la sauvegarde des intérêts économiques du Royaume-Uni.

Elargissement des motifs de surveillance électronique

Dorénavant, toute incursion dans la vie privée des internautes pourra également être justifiée par l’évaluation ou la perception d’impôts, droits, ou prélèvements dus à un ministère. En théorie, rien d’inquiétant pour le contribuable britannique, si ce n’est la qualité des services administratifs habilités à contrôler sa correspondance électronique privée...

Jusqu’à présent, seuls la police, les services secrets, les douanes et les services des impôts étaient autorisés à procéder de la sorte. Avec le nouveau texte, soutenu par le 10 Downing Street, c’est la quasi-totalité de l’appareil administratif britannique qui pourra désormais s’adonner à cette activité.

En clair, c’est l’ensemble des ministères, des organismes de sécurité sociale (National Health Service), comprenant l’Ecosse et l’Irlande du Nord, et la très grande majorité des administrations locales qui sont concernés.

Les libertaires d’outre-Manche s’insurgent

Cette nouvelle poussée d’espionnite aiguë intervient quelques jours à peine après que l’Europe ait décidé de réviser du tout au tout sa ligne politique en matière de retention de données des connexions électroniques des internautes. Au pays de Georges Orwell, certains responsables des services de police expriment déjà leur souhait que ces données soient conservées jusqu’à sept ans, contre trois mois aujourd’hui.

Dans une veine différente, un collectif libertaire britannique s’apprête à lancer un système d’exploitation permettant d’échapper à toute surveillance.

Revenant sur l’initiative du gouvernement britannique, John Wadham, directeur de Liberty (un organisme de défense des droits de l’homme), salue dans le quotidien The Guardian, la fin de la vie privée des internautes et souligne « qu’à l’avenir, n’importe quel fonctionnaire pourra s’adonner à ce nouveau sport national ».

Attention ! Nous vous rappelons que l’impression de l’article affiché à l’écran n’est destinée qu’à un usage strictement personnel.
 © 1999-2001, 01net.