bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 8 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

NAI renoncerait à ranimer les outils de chiffrement PGP®
Dixit : OpenPGP en français, ZDNet, JDNet.

Fournisseur de solutions de sécurité applicative et réseau, Network Associates vient d’annoncer qu’il renonçait à vendre sa gamme de produits PGP. Raison invoquée par l’éditeur : l’impossibilité de trouver un repreneur.

Depuis l’annonce d’une vente éventuelle de PGP en octobre dernier, plusieurs acheteurs potentiels sont entrés en contact avec Network Associates. Ce dernier refusant systématiquement les offres proposées. Cette difficulté à trouver un contrat acceptable s’expliquerait par l’intégration de la technologie de chiffrement dans d’autres produits de l’éditeur -notamment sa ligne de solutions d’antivirus McAffee. Une situation qui aurait obligé la société à conditionner la vente de PGP à la possibilité de garder la main sur son code source.

Pour l’heure, ses responsables ont décidé de cesser immédiatement tout développement autour de cette ligne de produits. Ils garantissent en revanche la sortie de correctifs pendant une année encore et assurent que les contrats de support signés parallèlement à la distribution d’outils PGP seront pris en charge jusqu’à leur terme. NAI aurait licencié les 18 personnes qui y travaillaient encore. Il s’agirait donc d’un abandon pur et simple et de la fin de PGP®.

Bien sûr, le standard OpenPGP continue grâce à GnuPG, WinPT et Mac GPG. Mais, et malgré l’intérêt manifesté par les entreprises et les particuliers pour la sécurité, ce type de technologie a souffert d’une faible demande. Ainsi, l’éditeur de logiciels de sécurité Zero-Knowledge Systems a arrêté son produit phare, qui permettait aux utilisateurs de surfer sur internet en conservant leur anonymat. Après l’avoir proposé à l’essai gratuitement, les demandes en abonnement payant n’ont pas été suffisantes.

« Ce n’est pas de bonne augure pour le marché des produits de sécurisation de courriers électroniques malgré l’importance qu’attache le public à la confidentialité en ligne. Il y a une demande pour les technologies de chiffrement dans certaines industries, telles que les services financiers. Mais il apparaît que proposer un produit gratuitement permet difficilement d’en vendre un autre ». indique Richard Hunter, vice-président de la recherche sur la sécurité chez GartnerG2, une division du cabinet d’études Gartner.

OpenPGP en Français remarque que NAI n’a jamais réellement promotionné PGP®, et, au final, entre son rachat à Phil Zimmermann en 1997 et cet arrêt en 2002, a en quelque sorte accompagné la disparition du logiciel le plus détesté par la NSA.

Certains messages dans les forums de discussion préconisent en remplacement l’utilisation des versions pirates "ckt" ; OpenPGP en Français déconseille fortement les versions PGP "ckt" qui ont toujours suscité une grande méfiance de la part des connaisseurs de PGP et de Phil Zimmermann (opacité du développement, choix de fonctionnalités discutables, non-respect du standard OpenPGP, viol de la licence propriétaire de NAI, et d’autres raisons).