bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 8 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Larsen - spécialiste de la sécurité des ondes radio
Dixit : Paranos.com.

Vincent, alias Larsen, a été arrêté, il y a près de deux ans, de façon "musclée" par la DST pour avoir publié dans un e-zine des fréquences radio "sensibles". Ces fréquences, que l’on trouve par ailleurs dans de nombreuses revues en vente sur le territoire français, lui ont valu de passer 2 mois à l’ombre.

(Voir aussi Underground vs DST - l’effet Larsen)

 Peux-tu te présenter brièvement ?

Mon nom est Vincent Plousey, 29 ans, responsable téléphonie dans une municipalité et j’étais connu par le passé sous le pseudo de Larsen dans le milieu du hacking "radio" francophone.

 Peux-tu nous resituer ton arrestation et l’état actuel des procédures ?

Le 18 avril 2000 au matin, j’étais interpellé brutalement (arme au poing) par des policiers (au nombre de sept) de la DST à la sortie de mon domicile et mis en examen pour "atteinte au secret de la Défense nationale" par le juge d’instruction Thiel de la section antiterroriste du TGI de Paris.

Après une journée de garde à vue dans une cellule de la rue Nélaton (siège du contre-espionnage français) et entendu par la suite par le juge d’instruction, j’étais placé en détention provisoire durant deux mois à la maison d’arrêt de la Santé à Paris.

Après appel auprès de la Cour d’Appel de Paris par mon avocat Maître Millet, suite à deux refus de mise en liberté par le juge Thiel, j’étais mis en liberté provisoire. Depuis, je le suis toujours, cela fait maintenant deux ans que j’attends d’être jugé.

D’après le code pénal je risque cinq années de prison ferme et 500.000 francs d’amende.

Mon délit, d’après l’Etat français, est d’avoir divulgué sur Internet dans un e-zine portant le nom de HVU dont j’étais l’auteur (durant près de 3 ans), des fréquences radio des forces de sécurité pouvant mettre en danger, d’après le juge d’instruction, la "sécurité nationale" !

Or, la grande majorité des fréquences diffusées était non seulement obsolète, connue de tous (du moins des amateurs de radio, cibistes etc..), mais surtout en vente libre en France !

Ainsi, j’ai utilisé des magazines et livres américains et allemands contenant de nombreuses fréquences du gouvernement français. Les magazines comme Monitoring Times, Popular Communications ou encore les livres des éditions Klingenfuss étant en vente en librairie à Paris ou dans de nombreuses boutiques de matériel pour radio amateurs et cibistes.

Seule la diffusion illicite des fréquences de la police nationale en VHF et UHF provenait d’un document officiel de la Direction des Transmissions et de l’Informatique (DTI) du Ministère de l’Intérieur. Néanmoins ce document n’était aucunement classifié "Confidentiel Défense", celui-ci étant destiné aux opérateurs radio "stagiaires" du Ministère de l’Intérieur.

De plus, son contenu était "obsolète" puisque le réseau radio du Ministère de l’Intérieur est désormais totalement numérique et crypté (Acropol). Les quelques rares fréquences analogiques encore actives étant vouées à disparaître d’ici deux ans.

 Tu viens de sortir un rapport "WaveSec" (après le fameux "cardsec" publié par le cabinet Nataf). Peux-tu nous en toucher deux mots ?

J’ai écrit le rapport WaveSec en 1998 (remis à jour en 2002) afin d’apporter aux gens, ainsi qu’aux entreprises, les bases en matière de lutte contre l’espionnage électronique.

J’ai donc abordé, dans la mesure du possible de façon simple et claire, un certain nombre de techniques d’espionnage électronique.

Les écoutes électroniques pouvant être effectuées aussi bien avec un vulgaire micro émetteur FM (Bug), qu’une bretelle téléphonique ou bien par une interception hertzienne à longue distance (transmission satellite).

 Quels sont aujourd’hui les prochains grands chantiers de la "sécurité des ondes" ?

La sécurisation des nouvelles générations de téléphones cellulaires (par satellite par exemple), mais surtout les applications Wireless domestiques et professionnelles (routeur sans fil, clavier sans fil etc..), ainsi que des systèmes plus spécifiques comme par exemple les réseaux de transmission de données par radio destinés au trafic aéronautique..

 Quels sont les pays/Etats qui ont développé le plus de compétences dans ce domaine ?

En premier les Etats-Unis bien sur, mais certains pays européens comme la France ou l’Allemagne ne sont pas en reste.

Le problème est qu’à l’heure actuelle, bon nombre de pays européens (dont la France) font encore trop confiance aux produits sécurisés "made in USA" pour leurs réseaux de communications.

Or, depuis le scandale du pacte UKUSA et du réseau d’espionnage électronique Echelon, les gouvernements européens ont découvert que la grande majorité de leurs réseaux de télécommunication étaient "transparents" pour les américains, une agence de renseignement comme la NSA travaillant depuis de nombreuses années avec des entreprises comme Motorola et bien d’autres sur la mise au point de backdoors dans les systèmes électroniques destinés à l’exportation. L’Europe est encore trop consommatrice des technologies US.

 Depuis que tu t’es "rangé", tu sembles vouloir faire passer un message (au travers d’interviews, d’interventions dans des forums, etc). Quel est-il ?

En fait j’essaye simplement de faire passer non seulement un message aux "hackers" (bidouilleurs), afin qu’ils ne prennent pas de risques inutiles (un casier judiciaire étant un sérieux handicap pour leur avenir), mais aussi pour qu’ils puissent, peut-être plus tard, être enfin reconnus dans notre pays comme étant une "ressource nationale" et cela, dans tous les domaines technologiques, comme le font depuis quelques années les américains (mais aussi Israël), en particulier toutes les agences de sécurité.

Mais à travers mes paroles, je souhaiterais aussi faire évoluer la façon de penser de nos gouvernants, responsables d’entreprises, la magistrature et les forces de l’ordre.

Ainsi, concernant la Justice, comment est-il "encore" possible que dans notre pays dit "dévelopé", un jeune homme de 20 ans ou bien un journaliste mis en examen "abusivement" pour piratage informatique, se retrouvent face à un juge totalement incompétent en informatique, qui prend un "navigateur Netscape ou Internet Explorer" pour un logiciel de piratage alors que des millions d’internautes en font usage chaque jour à travers le monde et que les médias (télé et radio) en font la publicité !!

Comment se fait-il aussi que le Ministère de l’Intérieur et celui de la Défense autorisent la vente sur notre territoire de livres et magazines étrangers contenant des informations "Confidentiel Défense" sur notre pays et qu’un juge d’instruction envoie, durant deux mois, en prison un jeune homme qui n’a fait que recopier et diffuser sur internet des données légalement achetées en librairie !!

Il serait donc temps, qu’il y ait enfin une véritable rencontre "officielle" et "médiatisée" entre la communauté des "chercheurs" (hackers), les représentants des pouvoirs publics (Etat, Justice, Police, Armée..) et les industriels, autours d’une table ronde pour donner l’occasion aux forces vives de ce pays de travailler dans leur domaine pour le bien national (par extension aussi, pour la sécurité de la nation).