bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 15 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Fichage policier : faites valoir vos droits !
Dixit : Renseignementsgeneraux.net


 Nous connaissons tous l’existence des fameux fichiers RG (Renseignements Généraux).
 Mais connaissez-vous le STIC (Système de Traitement des Infractions Constatées) ?
 Et quid du SIS (Système d’Information Schengen) et d’Eurodac ?

Dans la foulée du Forum de l’Insoumission et de la Désobéissance Sociale, et à l’occasion de la 6e Journée Internationale Contre la Brutalité Policière, ce 15 mars 2002, Renseignementsgeneraux.net se veut être une action on ne peut plus légale et faisant appel au civisme citoyen.

Soutenu par des défenseurs des droits de l’homme, de la vie privée et des mouvements sociaux, cette campagne vise à inciter tout un chacun à faire valoir ses droits d’accès, de rectification, d’opposition, d’oubli -tous prévus par la Loi Informatique et Libertés de 1978- à ses fichiers SIS, STIC & RG.

Le problème du fichage policier est en effet on ne peut plus d’actualité. D’une part parce qu’il y a de plus en plus de fichiers policiers. D’autre part parce qu’ils sont peu, mal, voire pas du tout contrôlés. Enfin, parce que très peu sont ceux qui en connaissent l’existence, et encore moins ceux qui font valoir leurs droits en la matière.

Qui surveillera les surveillants ?

Le fichage des militants des mouvements sociaux (cf le scandale du rapport "Gauche 2000 ") et "antimondialisations", et l’interconnexion des fichiers policiers au niveau européen, voire mondial, ont été officiellement relancés l’an passé, et que nombreux seraient ceux qui ne pourraient accéder à leurs fichiers pour cause... d’"atteinte à la sûreté de l’Etat" (sic).

Méga-base de données policières légalisée l’été dernier après avoir illégalement fonctionné 6 ans durant, le recours au STIC a quant a lui été intensifié par la Loi sur la Sécurité Quotidienne . Or, en l’état, le STIC, fichier "à charge" transformant tout fiché en présumé coupable, recèle d’ores et déjà de nombreuses erreurs. Mais seul le fiché est habilité à le corriger, encore faut-il qu’il en fasse la demande...

Les demandeurs d’asile, les sans-papiers, les militants franchissant les frontières en vue de manifester sont quant à eux soumis à l’interconnexion des fichiers policiers européens d’Europol et du Système d’Information Schengen, qui n’ont de cesse de s’"enrichir".

Aussi invitons-nous toute personne étant potentiellement fichée par les RG, ainsi que tous ceux ayant eu affaire à la police ou ayant franchi quelque frontière pour des motifs politiques, à faire valoir leurs droits en matière de fichage policier, d’informatique et de libertés (voir le mode d’emploi sur le site).