bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 15 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

« Nous sommes tous des terroristes ! »
Dixit : HNS, AARRG.

Depuis 10h30, le siège parisien de la représentation de la Commission et du Parlement européens est occupé par une dizaine de personnes dans le cadre de l’action « Allo-Terroristes » afin de s’opposer aux dernières mesures européennes assimilant tout contestataire des politiques néo-libérales et des lois liberticides à un terroriste.

Les occupants, habillés en bagnards avec des boulets au pieds, ont décidé de se constituer prisonnier s’auto-définissant terroriste. Ils demandent d’être reçus par Mr. Giraudy, représentant de la Commission européenne à Paris et attendent pour l’instant sa réponse.

Voici le communiqué expliquant les raisons de cette action.

Action « Allo-terroristes »

En ce moment meme, les activistes de AARRG ! ! et leurs amis du Forum de désobéissance sociale se constituent prisonniers à la Représentation française de la Commission européenne. Inspirés des techniques modernes de livraison rapide, ils apportent tout le nécessaire carcéral, combinaisons rayées, boulets et cabine portative pour photographies anthropométriques, le tout en moins de trente minutes !

Inquiétés par l’avalanche de mesures législatives visant à les assimiler à des criminels et à des complices du terrorisme, ils ont décidé de faire l’économie d’un déplacement au sommet européen de Barcelone qui les aurait très probablement conduits en prison. En effet, la Présidence espagnole de l’Union considère désormais les manifestants des contre-sommets comme "des groupes radicaux extrémistes, qui terrorisent clairement la société", et les organisations politiques comme des groupes "qui tirent avantage de leur statut légal pour aider et soutenir l’accomplissement des visées des groupes terroristes" (note au Conseil de l’UE 5712/02, 29 janvier 2002).

Par ces déclarations, la Présidence espagnole se place dans la filiation de Claudio Scajola, ministre de l’intérieur italien, qui justifiait le tir à balles réelles sur les manifestants de Gênes par la menace terroriste supposée omniprésente. Or aucune donnée concrète n’étaie la thèse d’une instrumentalisation des manifestations par le terrorisme international. Malgré cette base on ne peut plus hypothétique, la théorie institutionnelle européenne a des conséquences bien réelles : elle donne un blanc-seing à une répression impitoyable de l’exercice de certaines libertés fondamentales, comme le droit de manifester, et tend à instaurer une logique de couvre-feu ou d’état de guerre. Une telle politique peut peut-être assurer des victoires contre les terroristes, mais constitue aussi en elle-même une défaite majeure de la démocratie.

Compte-rendu :

L’action s’est bien passée, alors même que nous étions ridiculement peu nombreux ! Ce petit nombre nous a en fait beaucoup plus servi que desservi : on a pu semer sans peine les RG dans le métro et leur mettre 20 bonnes minutes dans les dents, on a pu rentrer dans les locaux mêmes de la représentation, grâce à un stratagème habile de nos meilleurs tacticiens qui ont su déjouer le système double-porte-vidéo-surveillées, et surtout, on s’est payé le luxe de rencontrer le célèbre duo Giraudi-Giraud, respectivement représentant de la Commission et du Parlement européen.

Le dialogue a commencé dans l’incompréhension totale, alors que le stand portatif de photographies anthropométriques fonctionnait à plein régime. Pas plus M. Giraud qu’une membre du cabinet de M. Giraudi, qui était présente à ce moment là, ne parvenaient à comprendre ce que ces bagnards hurluberlus pouvaient bien faire ici. Il y eu un joli moment comique : alors que nous leur donnons à lire un extrait de la décision cadre de l’UE qui étend la définition du terrorisme, ils s’exclament en cœur : « mais ce n’est pas clair votre texte », sans avoir compris qu’il s’agissait de leur propre prose. La journaliste d’Arte qui nous accompagnait nous a plus tard confié que nos officiels européens ont à moment cru que nous venions dénoncer le défaut de répression contre les violents activistes. Comme quoi les fantasmes…

Aarrg (Apprentis Agitateurs pour un Réseau de Résistance Globale) http://www.aarrg.org

Les activistes de Aarrg tentent de tisser, par leurs actions et par leurs bricolages, des solidarités fortes entre les divers domaines où les effets de la mondialisation libérale se font sentir au quotidien. Ils ont lutté aux côtés des précaires de la restauration rapide, et ont milité pour une forme de manifestation à la fois festive et déterminée dans les rues de Gênes et de Bruxelles. Leur attachement à l’action directe non violente et leur inquiétude face au durcissement des législations anti-militants les ont naturellement conduits à participer au Forum de désobéissance sociale : http://forum.samizdat.net