bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 22 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Crypto : 100 millions d’euros pour Thales et Sagem
Dixit : defense.gouv.fr, DGA.

La Délégation générale pour l’armement vient de notifier un contrat d’un montant de plus de 100 millions d’euros, aux sociétés Thales Communications et Sagem SA, pour la réalisation du programme de cryptage SELTIC (Système d’élaboration, de transport et de gestion de clés). Le programme SELTIC permettra d’élaborer des clés de chiffrement (code qui permet le transfert d’un texte en clair en un texte crypté) et de les distribuer automatiquement aux équipements cryptographiques qui les utilisent (chiffreurs, poste radio, dispositif d’identification…). Chaque armée disposera d’un centre d’élaboration des clés, d’une station nationale pour assurer l’administration du système et de stations locales pour la distribution des clés de chiffrement. Le début du déploiement du programme est prévu en 2005.

La DGA a également annoncé le 5 mars 2002 qu’elle venait de notifier un contrat de 110 millions d’euros pour la réalisation du "Centre de commandement et de contrôle mobile" (C3M) aux sociétés Thales Raytheon System et Thales Communications.

S’inscrivant dans le cadre du programme d’armement SCCOA (système de commandement et de conduite des opérations aériennes), la composante mobile C3M comprend deux centres de commandement, quatre centres de détection et de contrôle aérien et l’équipement de trois bases aériennes.

Les différentes composantes seront livrées progressivement et permettront dés le début 2004 de disposer des premiers éléments nécessaires à la conduite des opérations aériennes sur deux théâtres simultanément. Ce système constituera ainsi le support des forces aériennes dans les cas où la France serait amener à piloter une intervention européenne hors de ses frontières.