bUg <BR>Oth3r | Sécurité | vie privée | RE:vue de web |     | vie-privee.org | Big Brother Awards France | RenseignementsGeneraux.net
Fichier extrait de la mémoire cache de Bb) et -donc- des archives de bUg<BR>Oth3r, et +- nettoyé pour impression par rapport à sa VO sise à le 24 mars 2002 (la page a peut-être été modifiée depuis).

Bb) n'est ni affilié aux auteurs de cette page ni responsable de son contenu.

Comparaison des logiciels de contrôle parental
Dixit : 60 millions de consommateurs.

Les limites des "listes noires" et des mots-clés

Il n’existe pas de logiciel parfait, sorte de barrière étanche entre l’ordinateur et des contenus non désirés.

En matière de filtrage, il est impossible qu’une liste d’adresses (URL) soit à la fois pertinente et exhaustive à tout moment, surtout pour des sites personnels très volatils. Des adresses peuvent donc passer entre les mailles du filet du meilleur logiciel. De même, le filtrage trop sévère peut bloquer des sites inoffensifs. Par ailleurs, l’ établissement d’une liste noire d’adresses par les éditeurs manque de transparence : aucun élément ne permet de connaître leurs critères.

Des sites médicaux sont bloqués parce qu’ils abordent les différences entre les "sexes" ; certains sont inaccessibles parce qu’ils montrent une partie du corps dénudée. Jusqu’où la nudité est-elle acceptée ou censurée ?

Pour les mots-clés, cela se complique. Difficile en effet de connaître leur niveau d’intervention, et les documentations sont peu utiles. Un exemple : dans les groupes de discussion, lorsqu’un mot-clé est repéré, il peut soit bloquer l’accès au newsgroup, soit bloquer un message, soit encore substituer le mot par un dièse ou un blanc (sans empêcher l’affichage du message !). Pire : le logiciel peut bloquer les messages entrants, mais pas sortants, ou inversement.

Difficile, dans ces conditions, de faire totalement confiance à ces outils, en l’absence d’une vue générale de leurs fonctionnalités.

(...)

Désactivation du logiciel

Un logiciel de contrôle parental, aussi efficace soit-il, perd tout son intérêt, s’il peut se désactiver sans difficulté. Ainsi, certains se désinstallent avec une facilité déconcertante en utilisant, par exemple, la fonction de désinstallation "Ajout/Suppression de programme". D’autres, avec un banal raccourci de clavier, sont tout simplement neutralisés. Et, sur un des logiciels testés, une seule case à décocher suffit pour le désactiver.

Enfin moins connu, l’internaute peut recourir à des "serveurs d’anonymat" ou "anonymiseurs". Pour rester anonymes, ils servent de paravent entre l’ordinateur de l’internaute et le site visité. Ce dernier ne peut savoir qui vous êtes (pas d’adresse, pas de ponction de données personnelles). La page souhaitée s’affiche dans celle de l’anonymiseur. Cette astuce permet de contourner facilement certains logiciels de filtrage qui se font piéger, notamment AOL, Net Nanny, Norton Internet Security 2002, Optenet et FlowProtector Plus 2.

Voir aussi le site PeaceFire.org, la référence en matière de logiciels de "contrôle parental". Outre le fait d’exposer les nombreux cas de sites "innocents" censurés par les logiciels de filtrage, Peacefire propose également un petit utilitaire permettant de désactiver, sous Windows 98, certaines versions de SurfWatch, Cyber Patrol, CYBERsitter, Net Nanny, X-Stop, PureSight et Cyber Snoop.